Studia II

LES TERRES CUITES ANTIQUES DE LA COLLECTION MARIE ET Dr G. SEVEREANU DU MUSÉE D'HISTOIRE DE LA VILLE DE BUCAREST

Mihai Gramatopol et

Virgilia Crăciunescu

De nos jours, quand les grands monuments et les établissements importants ont été depuis longtemps épuisés de tout ce qu'ils pouvaient fournir de plus frappant sur la civilisation de leurs créateurs et de leurs habitants, l'accent dans les recherches contemporaines sur l'art ou la culture matérielle de l'antiquité tombe sur une série de catégories de l'art miniatural, si étroitement relié par sa nature à l'industrie artistique. Le nombre des figurines en terre cuite découvertes dans les fouilles, ou accidentellement, se trouvant dans des collections publiques ou privées, est impressionnant. Elles sont en grande partie inconnues, quoique les publications dans ce domaine soient nombreuses et que l'intérêt qu'elles ont éveillé date de près d'un siècle. Il devient de plus en plus impérieux de réaliser par collaboration internationale un ouvrage ayant le caractère d'un Corpus. Nous considérons que le matériel coroplastique est tout aussi éloquent que la céramique réunie dans le monumental Corpus vasorum antiquorum continuant à être tenu à jour et auquel on a récemment ajouté un second volume roumain comprenant les vases antiques de la collection Maria et Dr G. Severeanu ainsi que ceux d'autres collections privées de Roumanieinfo. Les statuettes et les reliefs décoratifs en terre glaise cuite sont tout aussi importants pour la connaissance de l'art miniatural des centres producteurs respectifs et pour la découverte de leurs relations commerciales, que les monnaies, auxquelles une initiative au niveau international a destiné des publications sous forme de Sylloge pour les principales collections de chaque pays, qui feront ensuite partie d'un Corpus organisé par régions géographiques.
Nous considérons donc comme justifié notre souhait de voir l'importante catégorie de monuments à laquelle appartiennent aussi les pièces dont nous nous occupons dans cet ouvrage enregistrée de manière rigoureusement scientifique, afin de réaliser dans le temps, par collaboration internationale, une oeuvre dont l'utilité nous paraît aujourd'hui d'autant plus évidente qu'elle comblerait ce qui constitue actuellement une lacune dans l'ensemble des études regardant l'antiquité gréco-romaine.
Les recherches dans ce domaine sont aujourd'hui assez avancées, au point que, en identifiant dans les grandes lignes les caractéristiques typologiques et techniques des principaux centres producteurs de figurines, ainsi que leur chronologie absolue, il nous est permis de manoeuvrer aisément un matériel de comparaison et d'esquisser les moyens efficaces pour réaliser le Corpus projeté.
D'autre part, la possibilité d'avoir sans cesse en vue, pour la typologie comme pour le mode de réalisation artistique, les nombreux monuments de la plastique majeure, constituerait une facilité de plus. C'est justement sur des travaux qui, par leur caractère rigoureusement scientifique, sont autant de pierres de fondation pour un futur Corpus que notre ouvrage s'est surtout appuyé; il s'agit, pour ne citer que quelques-uns, du catalogue de R. A. Higgins pour les terres cuites archaïques et classiques du British Museum, du catalogue de Simone Mollard-Besques comprenant les figurines de Myrina, qui se trouvent dans les collections du Louvre et des Universités de France, de la monographie de G. Kleiner sur les figurines de Tanagra, ainsi que de l'ouvrage classique de Franz Winter relatif à la typologie des figurines en terre cuite.
Le souci d'inventorier et de classer les statuettes ou les reliefs en terre glaise cuite date depuis la fin du siècle passé et a eu comme résultat la publication d'importantes collections, dont certaines ont été dispersées ou ont complètement disparu. Malheureusement, bon nombre de ces catalogues qui enregistrent des collections riches en matériel ne sont pas illustrés, ou le sont d'une manière insuffisante, ce qui les rend pratiquement inutilisables. Nous pensons en premier lieu à l'ancien catalogue du Louvreinfo, à celui du Musée d'Archéologie d'Athènesinfo, à celui du Musée Impérial de Constantinopleinfo ou à des ouvrages plus récents, tels que le catalogue du Musée de l'Acropoleinfo.
Depuis le tableau d'ensemble plus ou moins complet sur l'art des coroplastes antiquesinfo, jusqu'aux études approfondies sur certains centres renommés, – Tanagrainfo, Corintheinfo, Myrinainfo – ou sur la production abondante de Sicile, dont nous parlerons au cours de ce catalogue, la bibliographie de spécialité a rendu actuellement possible la détermination, avec un haut coefficient de précision, des principaux types, des centres de production, ainsi que la datation de ces monuments.
Si, pour la période archaïque et classique, les grands problèmes qui se posent en ce qui regarde la production de figurines en terre cuite sont dans une certaine mesure bien définis, nous ne pouvons affirmer la même chose pour l'époque hellénistique. Ceci s'explique d'abord par une cause objective, notamment l'augmentation considérable de la production de ce genre, ainsi qu'une circulation plus intense des types, soit par l'intermédiaire des moules, soit directement, par la diffusion des statuettes mêmes.
L'étude est rendue ainsi deux fois plus difficile, comme le remarque D. Burr-Thompsoninfo. Cependant nous avons maintenant le précieux concours de la plastique majeureinfo, tandis que, toujours pour cette période, l'étude de la coroplastie même nous fournit des données importantes pour de nombreux genres de l'art antique, pour ne citer que celui du portraitinfo.
C'est également vers la fin du siècle passé qu'on a commencé à s'occuper des figurines en terre cuite se trouvant dans les collections publiques roumainesinfo. Nous sommes cependant loin d'avoir publié toutes les collections, importantes ou pas, publiques ou privées, qui se trouvent dans notre pays. Nous mentionnons entre autres la collection du Musée National d'Antiquités, du Musée d'Archéologie de Constanţa, les collections M. Herovanu, E. Jebeleanu, M. Slobozeanu,

composées en grande partie de pièces provenant des cités grecques de Dobroudja, sur le littoral de la mer Noire. Parmi elles, la collection Severeanu occupe une place prépondérante, tant par le nombre des pièces, par la variété des types qui en font partie, par la multitude des centres de production dont ils proviennent et qui étaient dispersés sur toute l'étendue du monde gréco-romain, que par l'étendue de la gamme chronologique, depuis l'époque archaïque jusqu'à la fin du IIe siècle de n. è.
Dans ce qui suit, nous essayerons de passer sommairement en revue les problèmes soulevés par le matériel que nous publions, tenant à indiquer dès le début que la méthode employée pour le catalogue est celle du classement chronologique du matériel par centres de production. Ce classement a été fait en premier lieu selon des critériums typologiques, ensuite, et seulement où cela a été possible, selon des critériums de pâte, qui, comme on le sait, n'offrent presque aucune garantie.
Vu le fait que peu de pièces portent une indication sur l'endroit ou elles ont été découvertes, ou du moins sur le lieu et les circonstances où elles ont été acquises, que, dans l'état actuel de nos connaissances nous ne pouvons distinguer d'après des critériums de pâte si une figurine a été produite dans telle ville d'après un moule venu d'un centre renommé ou si la figurine comme telle y a été importée de ce centre et enfin, considérant une troisième possibilité selon laquelle un type étranger a pu être adopté et répandu dans une autre région, nous nous sommes arrêtés en dernière instance à la solution de la classification par centres selon la typologie, selon le spécifique artistique de ces centres, dans une période déterminée, et enfin selon les caractéristiques essentielles de leur vision artistique pendant toute la durée de leur activité.

*

Parmi les pièces appartenant à la coroplastie étrusque qui se trouvent dans la collection Severeanu, il faut remarquer les tétes votives nos 2 et 3 et le buste no 4. Les deux premières sont des exemplaires remarquables du genre, travaillés du point de vue technique avec un soin tout particulier.
Les reliefs décoratifs nos 6, 7 et 8, quoique dans un état de conservation beaucoup trop fragmentaire, nous permettent toute fois de deviner l'esthétique de leur ensemble. L'antéfixe no 9 est pourtant bizarre: elle porte l'indication d'avoir été découverte à Kertch, mais elle a des similitudes parfaites avec le matériel de ce genre découvert à Pompéi. En fait, la seule raison qui nous permet d'avoir des doutes est la nature de la pâte qui contient des ingrédients de couleur noire, pâte caractéristique pour certaines cités grecques du Pont Euxin, comme par exemple Sinope.
Comme illustration de ce que nous avons mentionné plus haut sur la circulation des types, nous remarquons une imitation sicilienne d'après un prototype rhodien archaïque (no 20), ainsi que quelques similitudes avec certaines figurines découvertes à Délos, datant du IVe – IIIe siècles av. n. é. (no 26). Dans le même sens, nous relevons la réplique béotienne datant du Ve siècle, av. n. è. (no 38) d'un type rhodien, sa diffusion sur la côte septentrionale de la mer Noire, ainsi que sur la côte occidentale, à Apollonia, en Thrace.
L'influence des types attiques s'est avérée aussi grande que celle des types rhodiens, du moins pour la période s'étendant entre la fin du Ve siècle av. n. è. – début du IVe siècle av. n. è. Nous nous référons à la pièce attique no 52, dont les répliques en Dobroudja sont les figurines nos 63 et 64. La figurine no 71 provenant de Tomis est également une réplique du type attique mentionné, mais par la filière nord-Pontique.
Dans le catalogue que nous avons élaboré, toute une série de pièces sont classifiées comme appartenant à des ateliers de Dobroudja (nos 54–70), sans porter l'indication sur l'endroit de leur découverte, comme dans le cas de celles attribuées à Tomis et Callatis qui sont considérées autochtones aussi par le fait que, du point de vue typologique, nous n'avons pas rencontré leur prototype dans d'autres centres, au cours du matériel bibliographique dont nous avons disposé.
Nous avons fait cette classification en nous basant sur la connaissance personnelle que nous avons du matériel coroplastique découvert en Dobroudja et qui pour la plus grande partie est inédit. Il se peut que de nombreuses pièces classifiées dans la catégorie des centres non identifiés proviennent aussi de Dobroudja cependant pour nous ceci n'est pas prouvé. Une publication exhaustive du matériel de Dobroudja, une détermination aussi exacte que possible du «style», de chaque centre coroplastique sur le littoral roumain de la mer Noire, aboutiront implicitement à leur donner une attribution précise.
Grâce au matériel que nous avons eu à notre disposition à Tomis et à Callatis, dans les collections des musées de ces deux villes, nous avons pu nous rendre compte qu'il est possible de parler d'un style callatien, différant aussi bien de celui des ateliers de Tomis que de ceux d'Histria, même si toutes les phases et les particularités de la coroplastie de Dobroudja ne sont pas encore connues avec précision.
En ce qui concerne les statuettes du Musée d'Archéologie de Constanţa, nous sommes dans l'attente d'un catalogue sommaireinfo, qui permettra des recherches ultérieures plus détaillées à leur sujet.
Les recherches archéologiques plus anciennes n'ont fait, dans ce domaine, qu'enregistrer les fragments découverts dans les fouilles de Callatisinfo, fragments dont certains sont restés dans les dépôts du musée local et ont été perdus, tandis que d'autres sont probablement parvenus au Musée National d'Antiquités de Bucarest.
Deux statuettes en bon état de conservation, provenant de Tanagra, ont été découvertes à Callatisinfo, en dehors de quelque 200 autres figurines et fragments de figurines provenant du même monte testaccio de Callatis et restées inéditesinfo. Elles se trouvaient dans ce dépot de déchets avec des fragments de céramique, des fragments d'amphores timbrées, etc. A part quelques autres mentions sommairesinfo, c'est à quoi se réduit le matériel bibliographique relatif aux figurines en terre cuite de Callatis publié jusqu'à présent.
La situation est encore plus précaire à Tomis: en déhors de quelques notes de D. M. Teodorescu, qui consigne surtout des figurines-jouetsinfo, le reste des découvertes de ce genre s'est perdu dans le commerce d'objets antiques, échappant à l'attention des chercheurs.
Par contre à Histria le matériel découvert a été soigneusement conservé: malheureusement il est encore inédit, nous n'en trouvons que quelques informations sporadiques chez S. Lambrinoinfo. Récemment, certains fragments de l'époque hellénistique ont fait l'objet d'une publication dont l'importance consiste dans le fait qu'ils ont été chronologiquement encadrés selon des contextes stratigraphiques de Histriainfo. L'existence des ateliers de ce genre à Histria à une époque plus reculée a été attestée indirectement par la découverte d'un atelier de l'époque romaine (IIe siècle n. è.), dont les produits sont une suite naturelle de la coroplastie grecque. Il est à peine nécessaire de souligner l'importance de cette découverteinfo si nous tenons compte que nous nous trouvons en fait devant le premier atelier de coroplastie mis au jour dans un établissement antique en Dobroudja.
De toute façon, nous sommes encore loin de réaliser l'image claire de la circulation des types dans les villes grecques de Dobroudja, pouvant nous éclairer sur les relations entre ces établissements et le reste du monde grec; elle complèterait les informations de ce genre puisées aux sources épigraphiquesinfo et numismatiquesinfo et à l'étude des amphores timbrées découvertes à Histriainfo, Tomisinfo et Callatisinfo.
Etant donné l'importance de telles informations, nous consignerons dans les lignes qui suivent nos observations sur le matériel identifié comme provenant des ateliers de coroplastie de Dobroudja.
Il faut d'abord mentionner l'influence des types de Tanagra dont nous supposons qu'il y a des répliques fréquentes à Histria, Tomis et Callatis, quoiqu'il soit nécessaire de faire une différenciation entre les préférences manifestées par chacune de ces cités dans diverses périodes pour les uns ou pour les autres des grands centres exportateurs. Les répliques locales des prototypes de Tanagra sont illustrées dans la Collection Severeanu par les pièces nos 56–59.
Myrina était un autre centre important avec lequel la Dobroudja était en relation étroite. Les pièces nos 96, 103 sont éloquentes en ce sens. A Callatis surtout, dans la mesure où nous avons pu nous en rendre compte, une certaine période est dominée par l'importation de Myrina et implicitement par les répliques locales de ces types; nous ne pouvons pas encore préciser la chronologie de cette période, car les conditions dans lesquelles ces pièces ont été découvertes, dans l'heureuse éventualité où il s'agirait de contextes stratigraphiques, nous sont entièrement inconnues. Faute de les connaître il est hasardé de faire des suppositions, car on sait qu'un type peut rester longtemps à la mode, ou peut être imité à une distance appréciable de temps par rapport au moment où il a été lancé.
Il faut également relever les relations entretenues par les cités de Dobroudja avec l'Afrique du nordinfo, avec Cyrène surtout, comme il résulte de l'étude de la pièce no 115 (datée du milieu du IVe siècle) qui a été achetée dans la collection Ionesco Dobroudja. Du reste à l'époque romaine ces relations ont une intensité particulière, attestée surtout par le matériel céramique à glaçure olive (provenant des ateliers d'Alexandrie) ou par les lampes dont la typologie est caractéristique aux ateliers de la côte septentrionale de l'Afrique romaine.
Les ateliers des coroplastes de Tomis sont confirmés du moins pour la fin de l'époque hellénistique et le début de l'époque romaine par l'existence des ateliers apparentés de céramique en général et de lampes en particulierinfo, ainsi que par le fait que nous trouvons à Tomis un type de figurine qu'on ne peut rencontrer, selon les informations que nous avons, dans aucun centre producteur. Il s'agit des statuettes nos 72, 73, 74 qui évoluent du type Demeter et Koré sur le trône (no 72) vers le type à deux Sirènes sur le trône à dossier (nos 73 et 74). L'existence de ces représentations dans une cité maritime n'a rien de surprenant: nous savons que les Sirènes appartiennent à la démonologie aquatique.
Dans la Dobroudja antique une multitude de moules ont sûrement circulé, les uns d'importation, les autres fabriqués dans les ateliers locaux, comme en témoignent les moules de la collection E. Jebeleanu, de grandes dimensions, destinés à la production des têtes de statues en terre cuite, moules découverts et acquis à Callatis.
Il n'y a dans la Collection Severeanu qu'un seul moule
(no 77) appartenant à la typologie d'Olbia.
La parenté typologique entre Myrina et Tanagra, basée sur un flux continu d'artisans béotiens vers l'Asie Mineure (IIIe–IIe siècles av. n. è.) est bien connue et peut être vérifiée aussi parmi les exemplaires de ces centres qui se trouvent dans la Collection Severeanu.
En ce qui concerne les statuettes de l'époque romaine, notre attention est attirée surtout par deux pièces plus importantes. Il s'agit de la statuette n° 137, datée d'après la coiffure de l'époque de Trajan. Il est difficile de dire à quel centre producteur elle appartient. En général l'activité des coroplastes de l'époque romaine est moins bien connue. Les recherches ont été dirigées surtout vers les productions de l'Egypte gréco-romaine. Le matériel romain découvert dans l'Agora d'Athènes peut offrir une image sommaire des types plus importants qui dominaient l'iconographie coroplastique de l'époque.
En Dacie romaine le matériel coroplastique est d'une richesse surprenante, tant en ce qui regarde les répliques de certains prototypes hellénistiques, qu'en ce qui concerne l'iconographie spécifique aux ambiances culturelles et artistiques des ateliers producteurs.
La seconde statuette est le no 138, datable, toujours par la coiffure, de l'époque des Antoninsinfo et qui pourrait représenter Faustine la Jeuneinfo.
Quoique n'appartenant pas à l'époque grecque ou romaine, nous avons cru utile de publier deux figurines de type Vinèa qui se trouvent dans la collection et qui datent de la fin du Néolithique (nos 29–30) d'abord à cause de la beauté de leur réalisation artistique et ensuite parce qu'elles pourraient provenir de Banat ou d'Olténie.

La dernière division du catalogue de la collection concerne un matériel qui n'entre pas proprement dit dans la catégorie des figurines en terre cuite. Il s'agit des fragments de vases à reliefs (no 144, bec de oinohoe et les nos 145–146, fragments de pithoi) qui ont été omis par les auteurs du Corpus vasorum antiquorum, Collection Severeanu (cf. note 1).
Du point de vue artistique, la collection que nous présentons a une double importance. Tout d'abord elle illustre presque toutes les phases principales de la coroplastie grecque et romaine, offrant ainsi un tableau synoptique d'une variété peu commune pour une petite collection si nous la comparons aux collections de ce genre des musées archéologiques de tradition séculaire. En second lieu l'importance de la Collection Severeanu consiste dans la qualité artistique exceptionnelle d'un certain nombre de pièces assez grand par rapport à la totalité du lot; ainsi nous mentionnons quelques exemplaires de la coroplastie tarentine (nos 14–18) et sicilienne (nos 20-25), les pièces étrusques nos 1 et 4, les statuettes de Tanagra (nos 40–49), le jeune satyre en délire dionysiaque (no 109), ou cet Eros dormant dans le calice d'une fleur (no 96) – deux figurines qui par l'originalité de la représentation et leur air d'abandon sont de brillants exemplaires, qui témoignent de l'atmosphère artistique de l'Asie Mineure à l'époque hellénistique.
C'est pourquoi nous considérons qu'il est de notre devoir d'apporter un hommage non seulement au collectionneur passionné et dévoué mais aussi à l'homme de goût et de grande sensibilité artistique qu'a été le Dr Georges Severeanu.


ITALIE

 

Etrurie

1 Tête d'éphèbeinfo aux cheveux disposés en rayons et bouclés autour de la figure, retenus par une taenia. Pâte de couleur orange avec traces de peinture blanche et rouge sur le front et sur la joue gauche. L'intérieur est creux, la tête étant composée de deux parties qui se joignent sur la ligne des boucles. La tête appartenait probablement à une statuette de grandes dimensions.
Chiusi (18935, 10,7×7,7×9, 1 cm, I/1). III3 – IIe sièclesav. n. è.info
2 Tête votive d'éphèbeinfo dont la toge ramenée sur le sommet de la tête laisse apparaître des mèches de cheveux disposés en rayons sur le front. La partie arrière de la tête n'est pas modelée. Trou d'évent circulaire dans la région occipitale. La ligne de jointure des moules se trouve sur le bord de la toge. Pâte de couleur brique clair grossièrement granulée (19065, 31,5×20×15,5 cm, I/2). IIe–Ier siècles av. n. è.
3 Demi-tête votive d'éphèbe dont la toge est ramenée sur le sommet de la tête et les cheveux sont disposés en boucles modelées descendant derrière l'oreille jusque sur le cou . Moule unique avec retouches ultérieures. Pâte de couleur brique, engobe rouge à patine verdâtreinfo (19066, 27×16,5×12 cm, I/3). IIe – Ier siècles av. n. è.
4 Buste votif féminin à collier, boucles d'oreilles et diadème de feuilles disposées en rayons. Les cheveux sont coiffés avec une raie au milieu et serrés derrière dans un chignon, avec deux mèches libres qui partent de derrière l'oreille et tombent sur les épaules. Trou d'évent circulaire placé derrière sous le chignon. Pâte de couleur brique clair (18933, 17×10,7×9,7 cm, 1/5). IIe–Ier siècles av. n. è.info

5 Vache, sur un socle d'une pièce avec le corps et les jambes de l'animal. Figurine votive travaillée dans deux moules qui se joignent sur la ligne dorsale. Pâte de couleur claire portant des traces de peinture rougeinfo. Chiusi (18867,17,5×6,5×12,5 cm, 1/9).

 

Italie centrale

6 Fragment de relief décoratif représentant Dionysos enfant, à cheval vers la gauche sur une panthère, la main droite posée sur la tête de l'animal et tenant dans la main gauche une bride en sarment de vigne avec feuilles et grappes. Pâte blanchâtre à granulation grossière et fragments de brique pilée dans la composition (19090, 13,8×11,2×3,6 cm, IV/11). Ier siècle av. n.è.info38

7 Fragment de relief décoratif représentant une partie du torse d'un satyre. Pâte blanchâtre à granulation grossière et fragments de brique pilée dans la composition (19084, 9,3×8,4×3,1 cm, IV/12). Ier siècle av. n. è.info
8 Fragment de relief décoratif représentant les pieds de deux statues d'athlètesinfo (?) posées sur deux bases et séparées par une colonne. Pâte gris clair, contenant des parcelles de brique pilée (19088, 11,2×13,2×2,7 cm, III/11). Ier siècle av. n. è – Ier siècle n. è.
9 Antéfixe représentant une tête de Silène barbu avec couronne de feuilles et de fruits de lierre. Nombreuses traces de peinture rouge et blanche; l'oeil gauche est peint en bleu foncé. Pâte de couleur brique clair à granulation grossière et ingrédients de couleur noire. Kertch (?) (19068, 22,8×19,5×6,7 cm, I/4). Milieu du Ier siècle n. èinfo.
10 Relief décoratif représentant un cavalier au galop vers la droite, ayant un bouclier circulaire, bombé, sous les pieds de devant du cheval. Pâte brique avec de faibles traces de peinture blanche. Le relief est très usé (18866, 14,1×12,5×3,9 cm, I/11).
Art italique, Ier siècle av. n. è. – Ier siècle n. èinfo.
11 Figurine représentant un personnage féminin assis sur le dos d'un sanglier (?) vers la droite. Socle d'une pièce avec le corps et les jambes de l'animal. Pâte de couleur orange clair avec traces de peinture blanche. Sorrente (18873, 10,5×9,1×4,2 cm, I/10). Ier siècle av. n. è. – Ier siècle n. èinfo.

 

Tarente

12 Fragment de tête féminine avec polos (la moitié arrière est brisée). Pâte de couleur brique clair (20445, 4,6×3,2×2,3 cm, IV/1). Relief détérioré; selon les apparences, datable pour le milieu du Ve siècle av. n. èinfo.
13 Gorgoneion, antéfixe. Pâte blanchâtre à granulation grossière; traces de peinture blanche (19067, 20,3×21,2×6,6 cm, I/6). Fin du Ve siècle av. n. èinfo.
14 Fragment de buste de Dionysos avec stéphané et fleur de lotus (brisée) par-dessus. Sur le bras gauche, les plis du manteau. Pâte blanc jaunâtre très fine (18961, 16,1×11,3× 5,7 cm, I/7). Fin du Ve siècle av. n. èinfo.
15 Tête de Dionysosinfo avec taenia et stéphané. La palmette supérieure est brisée et les éléments floraux collés au taenia sur les tempes sont tombés. Pâte jaunâtre. Achetée en Sicile (18937, 10×7,7×5,8 cm, IV/3). Début du IVe siècle av. n. èinfo.
16 Fragment de statuette représentant Dionysos couché, appuyé sur le coude gauche (qui manque). Pâte rose jaunâtre, à granulation fine (20542, 13,5×5,7×3,5 cm, II/6). Début du IVe siècle av. n. èinfo.
17 Fragment de statuette représentant Dionysosinfo  couché, appuyé sur le coude gauche, avec taenia, dont les bouts retombent sur les épaules, stéphané à palmette et trois rosettes. Pâte rose jaunâtre, fine, avec traces de peinture blanche et rouge (18845, 20×8,2×3,7 cm, II/7). Début du IVe siècle av. n. èinfo.
18 Fragment de tête de femme avec taenia et stéphané; les cheveux encadrent la figure; deux mèches passées derrière les oreilles pendent sur les épaules. Pâte fine, rose jaunâtre. Achetée en Sicile (18936, 6,6×4,9×3,3 cm, IV/2). Début du IVe siècle av. n. èinfo.
19 Figurine féminine assise, coiffée en tranches de melon, avec polos et himation ramené sur la tête. Elle tient dans la main droite, sur les genoux, une phiale; dans la main gauche un cygne. Pâte fine de couleur rose jaunâtre, avec traces de peinture blanche (18967, 15,1×4,9×6,3 cm, II/9). Milieu du IVe siècle av. n. èinfo

 

SICILE
20 La partie supérieure d'une statuette représentant Aphroditeinfo debout portant la stéphané sur la tête. Dans la main droite ramenée sur la poitrine elle tient une fleur. L'himation lui couvre l'épaule droite et de la main gauche qui pend le long du corps elle tire le hiton. Pâte fine jaunâtre avec traces de peinture rouge (18970, 15,3×8,9×3,4 cm, I/8). Imitation sicilienne d'un type rhodien archaïque. Début du Ve siècle av. n. èinfo.
21 Tête de femme avec polos et cheveux arrangés sur le front en «vagues». Un voile descend de derrière la tête sur les épaules. Pâte fine jaunâtre (18844, 8,9×6,2×4,8 cm, IV/19). Mi1ieu du Ve siècle av. n. èinfo.
22 Fragment de figurine représentant un personnage féminin debout portant le hiton. Les cheveux sont séparés et arrangés sur le front en «vagues», massés derrière les oreilles et retombant sur les épaules. Pâte blanc jaunâtre (18842, 10,6×4,7×2,7 cm IV/8). Fin du Ve siècle av. n. èinfo.
23 Tête féminine aux cheveux serrés sur le front sous un diadème et tombant en boucles sur le cou. Pourrait être coiffée d'un bonnet à crête? (les détails sont brisés). Pâte rose blanchâtre à granulation fine (18855, 7,8×4,9×6,6 cm, IV/10). Début du IVe siècle av. n. è.info
24 Fragment de tête de femme avec polos et coiffure abondante dirigée vers l'arrière. Trou d'évent circulaire sur la nuque. Pâte grisâtre avec engobe jaunâtre et nombreuses traces de peinture blanche et rouge. Découverte à Syracuse en 1898 (18841, 6,6×4,9×3,7 cm, IV/7). Milieu du IVe siècle av. n. è.info

25 Tète d'Aphrodite, légèrement inclinée vers la droite, les cheveux serrés dans un chignon derrière et deux coques sur le front. Pâte fine de couleur jaunâtre avec engobe gris (18949,4,1×2,8×3,4 cm, IV/4). IVe–IIIe siècles av. n. è.info
26 Tête de femme légèrement inclinée vers la gauche, les cheveux serrés dans un chignon derrière et diadème sur le haut de la tête. Pâte fine de couleur jaunâtre avec légères traces de peinture blanche (20436, 5,9×3,8×3,7 cm, IV/6). IVe–IIIe siècles av. n. è.info Similitudes typologiques avec certaines figurines découvertes à Délosinfo.
27 Tète de femme à coiffure abondante encadrant la figure, portant des boucles d'oreille globulaires. Sur la tête, les traces d'un diadème aujourd'hui disparu. Pâte fine de couleur brique avec engobe gris et traces de peinture blanche (20435,5,9×3,9×4,1 cm, IV/5). IVe–IIIe siècles av. n. è.info
28 Fragment de tête de femme légèrement inclinée vers la gauche; coiffure encadrant la figure et boucles d'oreille globulaires. Pâte de couleur brique avec engobe blanc-rose (18959, 5,1×3,1×1,8 cm, IV/15). IVe–IIIe siècles. av. n. è.info


VINCA
29 Tête de figurine néolithique féminine de type Vin`ca, Yougoslavie. Les lignes qui suivent le contour des yeux et des boucles de cheveux sont incrustées de peinture blanche. Nombreuses perforations aux oreilles et au revers de la figurine. Pâte grise à engobe noir (19839, 5,7×4,5×4,4 cm, IV/13). Découverte, peut-être, au Banat. Néolithique récentinfo.

30 Figurine néolithique représentant un homme; incisions sommaires aux yeux et au cou. Pâte grise foncée (21314,5,3×2,8×3,1 cm, IV/14). Comme ci-dessus.


GRÈCE


31 Tète de figurine féminine hydrophore. Pâte blanc jaunâtre avec de faibles traces de peinture blanche (20444,4,1×1,9×1,5 cm, V/1). Première moitié du Ve siècle av. n. è.info66n Analogies avec plusieurs statuettes d'Halicarnasse datées denla fin du même siècleinfo67.
32 Idem (18948, 3,9×2,5×1,4 cm, V/2).

 

Olynthe

33 Lion assis sur les jambes de derrière sur un petit socle rectangulaire. Pâte de couleur brique foncé à grosses granulations. La tète manque (20535, 6,7×8,4×3,1 cm, V/12). Fin du Ve siècle, début du IVe siècle av. n. èinfo.

 

Béotie

34 Cheval et cavalier. Pâte de couleur blanche jaunâtre décorée de bandes horizontales de peinture noire ou rouge (18869, 14,5×10,1×4,7 cm, II/13). Daté du milieu du IVe siècle av. n. è. par analogie avec une pièce du British Museum, provenant de Tanagrainfo.
35 Cheval et cavalier, actuellement brisé. Pâte grise recouverte d'engobe noir. La queue du cheval brisée aussi (18875, l0,1×5,9×4,1 cm, II/12). Daté du milieu du IVe siècle av. n. è.info

36 Figurine féminineinfo funéraire, plate. La protubérance latérale droite manque (restaurée). Pâte jaunâtre à granulation grossière; traces de peinture blanche, brune et rouge (18868, 23,1×9,7×3,1 cm, II/8). Fin du IVe siècle av. n. è.info
37 Hermès assis vêtu de la chlamide, le pilos, sur la tête. Pâte rose brique à granulation grossière. Type qui provient probablement de Rhodes (18847, 8,2×3,8×3,1 cm, V/8). Milieu du Ve siècle av. n. è.info
38 Figurine féminine, les mains sur les genoux, assise sur un trône à dossier; un voile descend de sa tête sur les épaules et les bras. Pâte rose jaunâtre à granulation fine (18964, 9,1×3,7×3,9 cm, V/3). Imitation béotienne d'un type de Rhodesinfo. La circulation de ce genre de figurines est très étendue. Nous ne savons pas encore lesquelles proviennent de Rhodes et lesquelles de Béotie. Dans les régions voisines de la Roumanie, des exemplaires identiques ont été trouvés sur la côte nord de la mer Noireinfo ainsi que sur la côte occidentale, à Apollonia info. Milieu du Ve siècle av. n. è.
39 Partie supérieure d'une figurine représentant Pan, drapé sur l'épaule gauche, tenant dans ses mains un pedum et un lagobolon. Au revers, trou d'évent rectangulaire, brisé. Pâte rougeâtre avec traces de peinture blanche (19903, 10,3×4,7×2,7 cm, V/4). Milieu du IVe, siècle av. n. è.info

 

Tanagra

40 Statuette féminine drapée, le pied droit fléchi; de la main droite relevée, elle arrange l'himation qui descend de sur la tête et recouvre l'épaule et le bras gauche, replié et appuyé sur la hanche. La partie inférieure de la statuette et le piédestal manquent. Au revers, trou d'évent rectangulaire sur presque toute la hauteur de la pièce. Pâte brune avec traces de peinture blanche; état de conservation médiocre, très restaurée (20266,17,5×8,1×3,4 cm, V/5). Début du IVe siècle av. n. è.info
41 Fragment de figurine féminine drapée, la main droite ramenée à l'hauteur de la poitrine, la main gauche baissée au long du corps soutient le vêtement. Pâte brique grisâtre recouverte d'engobe blanc sur lequel on peut encore voir des traces de peinture rouge (19902, 8,4×5,6×2,5 cm, V/7). Milieu du IVe siècle av. n. è.info
42 Figurine féminine drapéeinfo, la main droite ramenée sur la poitrine sous le vêtement, de la main gauche elle tient un éventail en forme de feuille de lierre. Trou d'évent circulaire dans la région dorsale. Pâte brique fine avec traces de peinture blanche, rouge et bleu-marine. Achetée à Tanagra (18923, 24×7,9×6,1 cm, II/2). Fin du IVe siècle av. n. è.info
43 Tête de femme légèrement inclinée vers la gauche, les cheveux serrés dans un chignon derrière et pris dans un réseau de rubans rassemblés en un bouton (brisé) placé sur le sommet de la tête. Pâte brune à granulation fine (18860, 4,6×2,5×3,6 cm, V/6). Fin du IVe siècle av. n. è.info44 Statuette de femmeinfo, la jambe gauche fléchie, la main droite ramenée sur la poitrine sous le vêtement, assise sur une plaque rectangulaire. Coiffure en «branches de sapin» serrée derrière en un grand chignon. Pâte brique avec traces de peinture blanche. Trou d'évent carré dans la région dorsale (18931, 19,5×5,6×3,7 cm, II/1). Première moitié du IIIe siècle av. n. é.info
45 Figurine représentant un éphèbe, la main droite ramenée sur la poitrine sous le vêtement, la jambe droite fléchie; assise sur une plaque rectangulaire. Trou d'évent rectangulaire dans la région dorsale. Pâte grise à granulation moyenne, recouverte d'engobe blanc (18925, 21×6,5×4,4 cm, II/3). IIIe siècle av. n. è.info
46 Ephèbe avec petasosinfo, le coude gauche appuyé sur un pilastre, le tout sur une base rectangulaire. Trou d'évent rectangulaire dans la région dorsale. Pâte brique clair avec traces de peinture blanche. Etat de conservation fragmentaire; la pièce a été très restaurée (18927, 26,8×9,1×7,1 cm, III/2). IIIe siècle av. n. è.info
47 Ephèbe à petasosinfo, actuellement tombé, le coude appuyé sur un pilastre, le pied gauche posé sur la base de celui-ci, le tout sur une plaque rectangulaire arrondie à la partie postérieure de la statuette. Trou d'évent carré dans la région dorsale. Pâte brique clair avec traces de peinture blanche (18928, 19,8×8,6×4,9 cm, III/3). IIIe siècle av. n. è.info
48 Ephèbe à demi nu, avec couronne, la main droite appuyée sur un pilastre, la main gauche repliée sur la hanche. Le pied droit croisé devant le gauche, le tout sur une base ovale. Trou d'évent circulaire dans la région dorsale. Pâte grise à granulation moyenne et faibles traces de peinture blanche et rouge (18965, 17,2×6,1×4,4 cm, V/9). IIIe siècle av. n. è.info
49 Fragment de figurine féminine drapée, retenant les plis avec sa main droite, la main gauche levée tenant un objet (actuellement manquant). Pâte brique à granulation moyenne (18850, 13,8×9,5×3,7 cm, II/11). Moitié du IIe siècle av. n. è. jusque vers l'an 100 av. n. è.info

 

Attique

50 Koré avec peplosinfo92 assise sur une base carrée, arrondie à la partie postérieure. Le pied droit légèrement plié. Trou d'évent rectangulaire dans la région dorsale. Pâte brique avec traces de peinture blanche (18929, 30,7×8,6×5,4 cm, III/1). Milieu du Ve siècle av. n. è.info
51 Figurine féminine, les mains sur les genoux, assise sur un trône à dossier (?) Les pieds reposent sur un tabouret. Elle porte un diadème sur la tête. Pâte rose jaunâtre avec traces de peinture blanche (18840, 13,3×4,9×5,7 cm, V/10). Milieu du Ve siècle av. n. è.info
52 Génie funéraire, la torche renversée dans la main droite, la main gauche repliée sur la hanche. Sur la tête un calathos. Moule unique, avec orifice de suspension à la partie postérieure. Pâte grise foncée avec traces de peinture blanche. Collection Ionesco-Dobroudja, 1913 (18968, 11,5×6,9×2,7 cm, V/13). IIIe siècle av. n. è.info

 

Corinthe

53 Poupée danseuse aux bras et aux jambes articulés. Elle tient en main un tympanon et porte sur la tête la sphendoné. Pâte grise avec traces d'engobe blanchâtre (18848,15,3×4,4×2,1 cm, II/14). Fin du Ve siècle av. n.è. – début du IVe siècle av. n. è.info

 

DOBROUDJA
54 Figurine féminine, la main droite ramenée sur la poitrine, sous le vêtement. La jambe droite fléchie. Elle porte une couronne sur la tête. Assise sur une base peu élevée, ovale. Relief corrodé. Pâte jaunâtre, claire, à granulation moyenne; faibles traces de peinture blanche (18854, 12,4×4×3,3 cm VI/1). IIIe–IIe siècles av. n. è.info
55 Figurine féminine, la jambe droite fléchie et la main gauche ramenée sur la poitrine au-dessus du vêtement ; assise sur une base rectangulaire. Pâte brique clair à granulation moyenne (18835, 13,3×4,6×3,3 cm, VI/5). IIIe–IIe siècles av. n. è.
56 Statuette féminine, la tête brisée, la jambe gauche légèrement avancée, assise sur une base plate rectangulaire. Pâte brique jaunâtre avec traces de peinture blanche (18843, 11,5×5,1×4,3 cm, VI/3). Réplique d'un prototype de Tanagra datable du IIe siècle av. n. è. jusque vers l'an 100 av. n. è.info
57 Statuette féminine, la tête brisée, la jambe gauche fléchie et la main droite ramenée sur le devant, tandis que la gauche est appuyée sur la hanche; assise sur une base rectangulaire plate, arrondie à la partie postérieure. Pâte brique à granulation moyenne (20539, 12×4,2×3,5 cm, VI/2). IIIe–IIe siècles av. n. è.
58 Statuette féminine, la tête brisée, la main droite ramenée devant la poitrine et la jambe gauche fléchie, assise sur une base rectangulaire plate dont le coin droit est brisé. Pâte grise avec traces de peinture blanche (19856, 10,5×3,9×2,9 cm, VI/ 4). IIIe–IIe siècles av. n. è.info
59 Fragment de statuette féminine; la tête et la partie inférieure des jambes manquent. Pâte brique à granulation moyenne (20537, 9,8×5,2×2,6 cm, VI/6). Réplique d'un prototype de Tanagra datable du IIIe siècle av. n. è.info A notre avis, la réplique est beaucoup plus tardive que le prototype, datant peut-être de la fin du IIe siècle av. n. è. 60 Fragment de figurine féminine soigneusement travaillée. Pâte jaunâtre rose à granulation fine et traces de peinture blanche et rouge (20543, 7,5×5,5×1,9 cm, VI/7). IIIe–IIe siècles av. n. è.
61 Tête de femme légèrement inclinée vers la gauche. Pâte rose jaunâtre à granulation fine et traces de peinture blanche (18951, 6,9×5,7×4,9 cm, VI/11) C'est probablement une réplique d'un prototype de Myrina. IIIe–IIe siècles av. n. è.
62 Fragment de figurine représentant probablement un Eros. Pâte fine de couleur brique avec traces de peinture blanche et rouge (20547, 5,1×2,9×1,6 cm, VI/8). Réplique d'un prototype
de Myrina. IIIe–IIe siècles av. n. è.
63 Fragment de figurine représentant un génie funéraire. Pâte brique à granulation moyenne, avec traces de peinture blanche et rouge (20540, 5,1×4,2×1,6 cm, VII/6). Réplique faite en Dobroudja d'après un prototype attiqueinfo. IIIe–IIe siècles av. n. è.
64 Fragment de figurine représentant un génie funéraire. Dans le dos, orifice de suspension. Pâte grise à granulation fine (20545, 3,4×4,8×2,8 cm, V/11). Réplique faite en Dobroudja d'après un prototype attiqueinfo. IIIe–IIe siècles av. n. è. 65 Fragment de figurine féminine (?) Pâte orange à granulation fine. Relief corrodé (20548, 7,8×3,7×1,5 cm, VI/9). IIe–Ier siècles av. n. è.
66 Fragment de figurine représentant la partie inférieure du corps d'un Priape. Pâte grise fine avec traces de peinture blanche et rouge (20549, 4,2×3,9×2,9 cm, VI/10). IIe–Ier siècles av. n. è.

67 Pigeon, fragment. Jouet. Pâte grise avec traces de peinture blanche (20541 6,9×5,l×1,7 cm, VI/12).IIe– Ier siècles av. n. è. – ler siècle n. è.

68 Pigeoninfo. Jouet. La partie inférieure est ouverte. Pâte jaunâtre (18876, 4,7×5,9×4,7 cm), VI/14). IIe–Ier siècles av. n. è.
69 Pigeoninfo. Jouet, contenant des billes de terre glaise qui tintent quand on l'agite. Pâte rougeâtre à granulation moyenne (18874, 13,4×6,4×5,9 cm, VI/13). IIe–Ier siècles av. n. è – Ier siècle n. è.
70 Pigeon. Jouet contenant une bille en terre glaise qui tinte lorsqu'on l'agite. Pâte rougeâtre (18864, 8,5×14,4×6,4 cm, VI/15). IIe–Ier siècles av. n. è – Ier siècle n. è.

 

Tomis

71 Fragment de figurine représentant un génie funéraire tenant une torche renversée dans la main droite, la jambe gauche fléchie; la main gauche est appuyée sur la hanche. Orifice de suspension à la partie postérieure. Pâte brique à granulation moyenne. Découverte à Tomis en 1912, rue Ţepeş Vodă (18995, 9,5×6,7×3 cm, VII/7). Réplique faite en Dobroudja d'après un prototype attiqueinfo ou plutôt d'après un prototype Olbien, d'où peuvent provenir les moulesinfo. Ier siècle av. n. è – Ier siècle n. è.
72 Fragment de figurine représentant Demeter et Koré assises sur un trône à dossier. Pâte rougeâtre (19900, 11×5,4×4,5 cm, VII/5). Ier siècle av. n. è – Ier siècle n. è.
73 Figurine représentant Demeter et Koré assises sur un double trône à dossier, portant le calathos et un voile ramené sur le sommet de la tête. Pâte brune. Découverte à Tomis (19907, 12,7×6,1×3,8 cm, VII/13). Des exemplaires similaires, aujourd'hui perdus, ont encore été découverts dans cet établissementinfo. Ier siècle av. n. è – Ier siècle n. è.

74 Comme précédemment, mais les deux personnages féminins assis sur le double trône à dossier ont les cheveux serrés derrière dans un chignon et la partie inférieure des corps est modelée en queue d'oiseau, exactement comme les sirènes sur les vases grecs représentant Ulysse dans les circonstances bien connues relatées par Homère. Une telle interprétation de cette représentation ne paraît pas impossible dans une ville de matelotsinfo. A la pièce no 73, les queues d'oiseau sont vaguement suggérées par quelques lignes faiblement tracées sur le coussin? placé sur le trône. Découverte à Tomis (18836, 13,1×6,8×5,8 cm, III/10). Ier siècle av. n. è – Ier siècle n. è.

 

Callatis

75 Silène ithyphallique penché en arrière, les mains appuyées sur les hanches. La partie inférieure des jambes est brisée. Pâte brune à granulation moyenne. Découvert à Callatisinfo109 (18950, 9,8×5,9×5,6 cm, VII/2). IIIe – IIe siècles av. n. è.
76 Pan ithyphalliqueinfo assis sur un rocher, les jambes croisées, la peau de chèvre nouée sur la poitrine, tenant la flûte dans la main droite et la corne d'abondance dans la main gauche. Trou d'évent circulaire dans la région dorsale. Pâte d'un brun-brique à granulation grossière et traces de peinture blanche. Découvert à Callatis (18856, 20,5×11,1×6,2 cm, III/7). IIIe–IIe siècles av. n. è.


NORD DE LA MER NOIRE

 

Olbia

77 Fragment de moule représentant un personnage féminin, la main gauche appuyée sur la hanche et la jambe gauche

légèrement fléchie. Pâte de couleur brique rougeâtre (20310,10,5×7,7×2,7 cm, VII/8). IVe siècle av. n. è.info
78 Tête de femme légèrement inclinée vers la gauche. Pâte grise. Découverte à Olbia (18861, 5,9×2,8×4,1 cm, VII/3). IVe – IIIe siècles av. n. è.

 

Panticapée

79 Fragment de figurine représentant un acteur comique embrassant un personnage féminin. Pâte brique. Découvert à Kertch en 1884. (18958, 5,5×4,7×3,4 cm). Identique à une pièce découverte dans le même endroit et conservée à l'Ermitageinfo. Ces figurines peuvent aussi avoir une destination funéraireinfo. IIIe siècle av. n. è.
80 Fragment de masque de Silène très détérioré. Pâte grise (20429, 4,3×2,7×1,8 cm, VII/4). IIIe siècle av. n. è. info
81 Tête de femme portant une couronne. Pâte grise (18973, 5,1×3,1×3,7 cm, VII/10). IIIe – IIe siècles av. n. è.info


LES ÎLES GRECQUES

Rhodes

 

82 Satyre ithyphallique assis, les mains ramenées sur le ventre. Pâte blanchâtre avec traces de peinture blanche et rouge (18945, 7,9×3,9×3,1 cm, VII/9). Début du Ve siècleav. n. è.info

83 Satyre assis, les mains appuyées sur les genoux. Pâte blanchâtre recouverte d'une couche mince de peinture rouge (corrodée) (18947, 8,9×3,9×2,8 cm, VII/12). Milieu du Ve siècle av. n. è.info
84 Statuette féminine avec polos. La main droite ramenée sur la poitrine, la jambe gauche légèrement repliée; le tout est sur une base rectangulaire. Pâte fine rougeâtre avec faibles traces de peinture blanche. Trou d'évent rectangulaire dans la région dorsale (18924, 14,2×4,2×4,6 cm, VII/1). Milieu du Ve siècle av. n. è.info118

 

Délos

85 Tête de petite fille avec les cheveux recouvrant les oreilles, portant une couronne. Pâte d'un blanc-rose avec traces de peinture blanche. Relief usé (20426, 3,3×2,9×2,4 cm, XI/3). IIe–Ier siècles av. n. è.info
86 Fragment de tète de femme, les cheveux pris dans un bandeau, portant des boucles d'oreille globulaires. Pâte rose avec traces de peinture blanche. Relief usé (20424, 5,1×3,2×2,3 cm, VIII/4). IIe–Ier siècles av. n. è.info
87 Fragment de tête de femme aux cheveux retenus par une taenia. Pâte fine rose avec traces de peinture blanche. Relief usé (20446, 5,4×3,2×2,4 cm, VIII/13). IIe–Ier siècles av. n. è.info
88 Tête d'Héraklès jeune?, légèrement inclinée vers la droite. Pâte ocre-brique. Relief usé (18938, 7,3×4,2×5,1 cm, VIII/2). IIe–Ier siècles av. n. è.info

 

ASIE MINEURE
89 Fragment de tête de femme aux cheveux serrés à la nuque et coiffés d'un chapeau actuellement disparu. Pâte brune (20430, 3,4×2,8×3,2 cm, VIII/3). Première moitié du IVe siècles av. n. è.info
90 Tête de femme aux cheveux coiffés en grosses mèches disposées autour de la figure. Au-dessus de la coiffure, une couronne de fleurs sur laquelle est placée une couronne serrée par des bandelettes. Pâte fine de couleur brique-rose (18939, 8,3×5,7×4,7 cm, VIII/11). IIIe–IIe siècles av. n. è.info

 

Myrina

91 Tête de femme légèrement inclinée vers la droite, aux cheveux soutenus autour de la figure par un bandeau et peignés sur le sommet de la tête en tranches de melon; boucles d'oreilles globulaires. Pâte fine de couleur brique-rose avec de faibles traces de peinture blanche (19904, 4,8×3,3×3,8 cm, IX/8). Fin du IIIe siècle av. n. è.info
92 Tête de femme inclinée vers la droite, les cheveux coiffés avec une raie au milieu et serrés dans un chignon derrière. La figure est brisée. Pâte fine de couleur brique, avec engobe blanc sur la figure et le cou (20428, 4,1×2,3×2,9 cm, VIII/8). Similaire à une figurine découverte en Sicileinfo126. Fin du IIIe siècle av. n. è.info
93 Tête d'éphèbe à couronne, légèrement inclinée vers la gauche. Pâte de couleur brique, fine (18957, 6,8×5,5×4,5 cm, XI/4). Fin du IIIe siècle av. n. è.info

94 Fragment de figurine représentant un Eros soutenant des deux mains au-dessus de la tête un alabastros. Pâte de couleur brique à granulation moyenne. Relief érodé (18930,8,4×5,1×3,3 cm, IX/17). Début du IIe siècle av. n. è.info
95 Figurine représentant un Eros ailé, couché, la jambe gauche repliée et ramenée sous la jambe droite. Pâte de couleur brique à granulation moyenne (18926, 10,2×4,8×3,1cm, VIII/5). IIe siècle av. n. è.info
96 Figurine décorative représentant un Eros couché vers la droite dans le calice d'une fleur. Orifice de suspension à droite, Pâte de couleur brique grisâtre à granulation moyenne (18975, 9×9,6×2,4 cm, VIII/16). IIe siècle av. n. è.info
97 Fragment de tête de femme légèrement inclinée vers la gauche; boucle globulaire dans l'oreille gauche. Pâte brique à granulation moyenne (18852, 6,1×3,1×2,3 cm, IX/1). Milieu du IIe siècle av. n. è.info
98 Statuette représentant une petite fille, avec petasos; les cheveux rejetés derrière les oreilles pendent sur les épaules; la main droite est ramenée sur la poitrine sous le vêtement et la jambe gauche est légèrement fléchie; assise sur une base rectangulaire aux coins arrondis. Trou d'évent rectangulaire dans la région dorsale. Pâte de couleur brique grisâtre à granulation fine (18849, 15,8×4,7×3,2 cm, III/5). Fin du IIe siècle av. n.è.info. Un exemplaire similaire provenant des fouilles de Cymé est publié par Froehnerinfo.
99 Masque tragique. Pâte de couleur brique à granulation moyenne. Acheté à Athènes (18952, 7,1×7,4×6,1 cm, X/9). IIe siècle av. n. è .info
100 Fragment de figurine représentant probablement Aphrodite. Pâte rose jaunâtre à granulation fine; traces de peinture blanche (20546, 7,3×4,6×2,9 cm, VIII/10). IIe siècle av. n. è.info. Un exemplaire similaire provenant de Tarse, au Louvreinfo.
101 Tête de femme légèrement inclinée vers la droite, les cheveux coiffés en tranches de melon et serrés derrière en un chignon. Pâte rose jaunâtre, à granulation fine (20437,3,8×2,4×3,1 cm, XIII/12). IIe – Ier siècles av. n. è.info
102 Buste fragmentaire d'Aphrodite. Pâte fine de couleur brique avec traces de peinture blanche (20536, 5,2×6,9×3,8 cm, XI/9). Début du Ier siècle av. n. è.info
103 Figurine représentant un Priape ithyphallique. Pâte de couleur brique à granulation moyenne. Découverte à Callatisinfo (18944, 8,6×3,1×2,8 cm, VIII/4). Ier siècle av. n. è.info
104 Fragment de figurine (moitié) représentant un taureau sur un socle d'une pièce avec le corps et les jambes de l'animal. Pâte fine de couleur brique avec engobe blanchâtre (18865,11,5×13,3×3,1 cm, X/6). Ier siècle av. n. è.info
105 Fragment de figurine représentant une tète de taureau tournée vers la droite. Pâte de couleur brique à granulation moyenne (18872, 8,2×3,1×3,4 cm, VIII/1). Ier siècle av.n. è.info
106 Coq sur une base circulaireinfo. Jouet. A l'intérieur une bille en terre glaise qui tinte quand on l'agite. Pâte d'un brun-brique à granulation moyenne (18871, 13,1×11,2×4,6 cm, VIII/15). Ier siècle av. n. è.info
107 Eros ailé (les ailes brisées) sur une base circulaire; le coude gauche appuyé sur un pilastre; la jambe gauche fléchie et la main droite appuyée sur la hanche. Trou d'évent ovale dans la région dorsale. Pâte de couleur brique à granulation fine (18956, 11,3×4,2×2,8 cm, VIII/17). Fin du Ier siècle av. n. è.info
108 Statuette représentant Artémis appuyée sur un pilastre, la main droite sur la hanche, la jambe gauche croisée sur la droite. A gauche, une pièce de gibier (un lièvre?). Le tout sur une base qui fait corps commun avec la figurine. Trou d'évent circulaire dans la région dorsale. Pâte de couleur brique rougeâtre (18922, 18,3×6,8×4,3 cm, III/8). Début du Ier siècle av. n. è.info

 

Smyrne

109 Tête de satyre imberbe en délire dionysiaque. La tête légèrement inclinée vers la gauche porte sur le front, dans une touffe de cheveux, un fruit de lierre. Pâte fine de couleur rose jaunâtre (18942, 6,7×4,7×5,2 cm, IX/2). Fin de l'époque hellénistiqueinfo.
110 Fragment de tête de femme légèrement inclinée vers la droite, portant une couronne au-dessus de la coiffure. Pâte de couleur brique à granulation moyenne (18953, 5,2× 3,9×2,4 cm,IX/3). Ier siècle av. n. è. – Ier siècle n. è.info
111 Tête d'éphèbe légèrement inclinée vers la droite. Pâte de couleur brique clair à granulation moyenne (18955,3,4×2,6×3,1 cm, IX/9). Ier siècle av. n. è.info Des têtes similaires ont été découvertes dans l'Agora athénienne datant du IIe siècle n. è.info

 

Halicarnasse

112 Statuette représentant un personnage féminin debout; dans la main droite une patère, la jambe gauche légèrement pliée; dans la main gauche ramenée sur la poitrine, elle tient un chevreuil. Pâte de couleur brique recouverte d'engobe jaunâtre (18838, 16,1×7,2×4,4 cm, III/4). Fin du Ve siècle av. n. è.info


AFRIQUE

 

Egypte

113 Figurine représentant un Priape assis, appuyé de la main gauche sur une oinohoe, de la droite soutenant un phallos passé par-dessus la tête. Pâte brune à granulation grossière et traces de peinture blanche et rouge (18966, 17,1×10,1×3,5 cm, III/6). Ier siècle av. n. è. – Ier siècle n. è.info
114 Tête caricaturaleinfo de type alexandrininfo. Pâte fine de couleur brique (20431, 2,4×2,6×3,4 cm, IX/11). Epoque romaine, de tradition hellénistiqueinfo.

 

Cyrénaïque

115 Acteur comique assis sur un autel?, les mains portées au cou. Pâte blanchâtre recouverte d'engobe brun et peinture blanche. Provient de la collection Ionesco-Dobroudja (18946,7,6×3,4×5,1 cm, X/2). Milieu du IVe siècle av. n. è., réplique cyrénaïque d'un prototype attiqueinfo. Une pièce identique a été decouverte dans les fouilles de Myrmekioninfo.
116 Tête d'Aphrodite à diadème, légèrement inclinée vers la droite. Boucles d'oreilles globulaires. Pâte fine de couleur brique clair avec traces de peinture blanche (20434, 4,3×3,5×4,6 cm, IX/7). Epoque hellénistiqueinfo.


CENTRES NON IDENTIFIÉS

 

Terres cuites grecques

117 Figurine féminine portant le hiton et le himation; la main droite est ramenée sur la poitrine sous le vêtement; la jambe gauche légèrement fléchie. Trou d'évent circulaire dans la région dorsale. Pâte blanc jaunâtre à granulation fine; traces de peinture blanche (19898, 21,7×7,1×5,1 cm, II/5). IVe–IIIe siècles av. n. è.
118 Aphrodite à demi nue assise. Elle porte un diadème, des boucles d'oreilles à disque et collier. Sur l'épaule gauche elle tient un Eros ailé avec tympanon. Trou d'évent circulaire dans la région dorsale. Pâte de couleur brique-grise (18960, 18,2×6,2×6,1 cm, II/10). IIIe siècle av. n. è.info
119 Fragment de statuette représentant Apollon assis, le côté gauche du buste appuyé sur la lyre. Pâte de couleur brique fine (20544, 6,9×4,9×3,6 cm, X/1). IIIe–IIe siècles av. n. è.
120 Fragment de statuette représentant la partie inférieure d'un personnage drapé assis sur un trône, la patère dans la main droite. Pâte de couleur brique à granulation moyenne, recouverte d'engobe rose (20538, 5,8×6,4×4,4 cm, X/5).IIIe–IIe siècles av. n. è.

121 Tête de Dionysos jeune, portant une couronne avec des fleurs sur les tempes et une palmette centrale – actuellement brisée. Pâte fine de couleur brique avec engobe blanchâtre(18857, 6,1×5,9×5,3 cm, XI/l). Atelier sud-italique. IVe siècle av. n. è.
122 Tête de femme aux cheveux coiffés en vagues sur le front; diadème perlé à rosette centrale par-dessus laquelle est placée une couronne (?) (ébréchée). Pâte de couleur brique avec engobe blanchâtre (18940, 5,6×5,4×3,4 cm, XI/2). Atelier sicilien (?) IVe–IIIe siècles av. n. è.
123 Tête de femme aux cheveux disposés en accolade sur le front; par-dessus, fragments de couronne (?) La partie postérieure de la tête portait un ornement séparément travaillé et ajouté à la cuisson secondaire, actuellement tombé. Pâte de couleur brique avec engobe blanchâtre (18837, 6,4×4,9×5,6cm, VIII/7). Atelier sicilien (?) IVe–IIIe siècles av. n. è.
124 Tête de femme ayant les cheveux coiffés en boucles autour de la figure, portant des boucles d'oreille globulaires, un diadème avec un médaillon central et au-dessus une couronne serrée par des rubans. Pâte de couleur brique recouverte d'engobe rose (18839, 6,6×4,8×4,8 cm, IX/6). Atelier sicilien (?) IIIe–IIe siècles av. n. è.
125 Tête fragmentaire de Dionysos jeune inclinée vers la droite, ayant sur chaque tempe une rosette en lierre. Pâte fine de couleur brique avec engobe blanchâtre (18954, 4,1×2,9×1,9 cm, IX/13). IIIe–IIe siècles av. n. è.
126 Tête de femme fragmentaire; relief usé. Pâte fine de couleur brique avec engobe rose-brique (19910, 4,9×2,7×2,9 cm, VIII/6). IIIe–IIe siècles av. n. è.
127 Tête de bacchanteinfo légèrement inclinée vers la droite, avec couronne de lierre. Pâte fine grise avec traces de peinture blanche (18934, 5,3×5,1×4,9 cm, VIII/9). IIIe–IIe siècles av. n. è.

128 Tête de petite fille (?)info les cheveux libres sur les épaules, boucles d'oreilles globulaires, pâte blanc-rose à granulation fine (20427, 3,9×2,7×1,7 cm, IX/4). IIIe–IIe siècles av. n. è.
129 Tête de femmeinfo, légèrement inclinée vers la droite, de voile ramené sur la tête et formant trois plis sur le front. Pâte fine de couleur brique blanchâtre (20425, 3,3×2,2×2,8 cm, IX/10). IIe–Ier siècles av. n. è.
130 Tête de femme légèrement inclinée vers la droite, portant au-dessus de la coiffure une couronne ou un petasos. Relief détérioré. Pâte fine de couleur brique clair (20433,3,6×2,7×2,8 cm). IX/12). IIe–Ier siècles av. n. è.
131 Fragment de tête masculineinfo représentant un personage exotique caricaturalinfo. Pâte fine de couleur grise (18943,5,7×3,1×2,4 cm, XI/8). Époque hellénistique-romaine.
132 Masque d'acteur comique; pâte fine de couleur brique avec engobe gris (18962, 5,1×4,9×2,1 cm, IX/5). Époque hellénistique-romaine.info
133 Fragment de figurine représentant la tête d'un Silène barbu avec couronne de lierre. Pâte de couleur brique à granulation moyenne (18987, 9,9×4,6×3,4 cm, IX/14). Époque hellénistique-romaine.
134 Dionysos imberbe (?) la patère dans la main droite, soutenant de la gauche sur son épaule une outre (?) Pâte de couleur brique à granulation moyenne (18932, 8,3×4,6×2,1 cm,X/3). Époque hellénistique-romaine.
135 Pigeon stylisé, la tête tournée vers la droite. Pâte de couleur brique à granulation fine (18863, 12,7×8,6×5,2 cm, XI/6). Époque hellénistique-romaine. Une pièce similaire est conservée au musée de Varnainfo.

136 Fragment de relief architectonique représentant probablement un masque dionysiaque. Relief très détérioré. Pâte de couleur brique clair à granulation moyenne (20410,10,7×10,7×3,9 cm, XI/7). Époque hellénistique-romaine.

 

Terres cuites romaines

 

137 Statuette de femmeinfo, la main droite tombant le long du corps tient une capsule de pavot; la main gauche est appuyée sur la hanche et la jambe droite est fléchie. Coiffure haute sur le front et boucles d'oreille globulaires. Trou d'évent circulaire dans la région dorsale. Pâte fine d'un brun-brique (19899, 23,6×7,7×4,4 cm, II/4). D'après la coiffure, datée de l'époque de Trajan.info
138 Tête d'une statuette de femme légèrement inclinée vers la gauche avec boucles d'oreilles globulaires. Pâte brun-brique à granulation fine (18941, 10,1×7,1×7,4 cm, X/7). D'après la
coiffure, datée de l'époque des Antonins.info
139 Buste représentant Serapisinfo avec le modius. Pâte brique à granulation fine (18851, 6,7×4,6×2,1 cm, X/8).
140 Buste représentant Cérèsinfoavec le modius. Pâte de couleur brique avec engobe blanchâtre (18846, 7,9×3,8×3,3 cm, X/10).
141 Trophée. Pâte brune à granulation moyenne (18990, 13,7×5,4×2,5 cm, X/4).
142 Tête de cheval fragmentaire (moitié de moule). Pâte de couleur brique-rose à granulation fine, recouverte d'engobe rouge (18994, 7,7×6,3×1,6 cm, IX/15).
143 Comme précédemment (18878, 6,7×4,7×1,1 cm, IX/16).

 

VASES À RELIEFS


144 Bec de oinohoe modelé en tête de Silène barbu. Pâte fine blanchâtre (18963, 6,2×3,9×4,1 cm, XI/10). Style archaïsant. Ce motif est similaire à un bec modelé de Chersonèse datant du IIIe siècle av. n. è.info
145 Fragment de la décoration d'un pithos représentant un masque dionysiaque encadré dans un décor de grappes et de feuilles de vigne. Pâte de couleur brique rougeâtre à granulation grossière recouverte d'engobe brun avec traces de peinture blanche (19071, 25,1×22,5×7,1 cm, III/9).
146 Fragment de la décoration d'un pithos représentant la tête de Pan. Pâte de couleur brique à granulation grossière, recouverte d'engobe orange avec de faibles traces de peinture blanche (19070, 13,5×11,1×6,3 cm, XI/5).

studia-2

rasfoieste-250x500

galeriei-250x500-2