Studia I

LES BIJOUX ANTIQUES DE LA COLLECTION MARIE ET DR. G. SEVEREANU DU MUSÉE D'HISTOIRE DE LA VILLE DE BUCAREST

Mihai Gramatopol et Virgilia Crăciunescu

L'une des collections les plus importantes de bijoux antiques se trouvant dans le patrimoine muséal de la Roumanie peut être étudiée et publiée aujourd'hui, grâce à l'initiative du Musée d'histoire de la ville de Bucarest d'en faire connaître les pièces d'une grande valeur scientifique et artistique, qui depuis des dizaines d'années ont été réunies par cette institution ou offertes par des collectionneurs dont le dévouement à l'histoire nationale n'a épargné aucun effort matériel.

Dans la perspective des années et du fruit de ses efforts, l'activité du docteur Georges Severeanu en tant que collectionneur passionné de précieux vestiges s'est révélée être celle d'un évergète.

Ces plus de 180 bijoux en or, en argent et en bronze, appartenant à une période qui s'étend depuis l'âge du bronze jusqu'au XIe siècle byzantin, ont été trouvés en grande partie dans le sol roumain, ce qui fait que leur importance pour l'histoire de la parure dans l'antiquité soit doublée par leur rôle de documents de l'histoire ancienne de la Roumanie.

Les séries de boucles d'oreille ou de bagues, découvertes en Dobroudja ou en Valachie, sont parmi les plus complètes et les plus significatives, étant donné qu'elles proviennent d'une aire géographiquement limitée et que l'évolution des motifs peut ainsi être suivie. Les bijoux en or ont toujours constitué un modèle pour les ornements en métal semi-précieux ou commun - la série de bagues que nous publions le démontre pleinement.

L'abondance des ornements de l'époque romano-byzantine, dont on connaît la provenance est particulièrement intéressante pour cette période dans laquelle la rareté des renseignements demande à être compensée par des documents archéologiques. Certains ornements de l'époque des migrations (n° 174-182) info attireront l'attention des spécialistes par leur caractère spécifique et inédit.

Dans les pages qui suivent, nous tenterons d'établir en même temps que la description succincte de chaque exemplaire, une datation aussi juste que possible, en fixant le cadre culturel et artistique des pièces et en soulignant leur appartenance à différentes catégories. En conclusion, nous ferons certaines observations sur l'art de travailler les métaux pour en faire des bijoux.

ÂGE DU BRONZE

a. Bagues et anneaux de boucle

1. Bague massive en plate-bande d'or, décorée sur la partie extérieure de trois nervures en relief et entaillées en pseudotorsade. Ancien district de Dolj (20906/77, 24 mm diamètre, 13,83 g, 950‰ XI/5). La pièce a des analogies dans les dépôts de bronze du territoire roumain, tel celui de Suseniinfo.

2. Anneau de boucle en or, cordiforme, de section triangulaire, aux extrémités très croisées. Ancien district de Romanaţi (20902/92, 19 mm, 22,37 g, 900‰, 1/26). Analogies dans des exemplaires légèrement différents de l'établissement de Sărata-Monteoruinfo.

3. Anneau de boucle en or aux extrémités épaissies et très croisées, ayant sur la partie extérieure de la barre une cannelure jusqu'au point de courbure, de 3 mm largeur maximum et 1 mm de profondeur. Bulgarie (20902/91, 25 mm, 23,08 g, 700‰, I/27). Analogies rapprochées dans des pièces semblables découvertes dans la région de Vidininfo.

4. Anneau de boucle en barre d'or, de section circulaire, amincie aux extrémités où elle se termine en un petit bouton conique. Ancien district de Dolj (20894/875, 21,2 mm diam., 3,90 g, 850‰, XI/1). La pièce a des analogies sur une aire vaste limitée par les nécropoles de Duvanlj, Gogoşu, Lázárpatak en Bereg (Hongrie)info.

Trésor d'Argeşinfo

5. Anneau de boucle en or, de section triangulaire, avec les extrémités de la barre croisées et volutées vers l'intérieur; légèrement recourbé dans la partie médiane de la barre (20887/99, 34 mm, 12,90 g, 950‰, I/4).

6. Idem (20887/97, 34 mm, 10,14 g, 950‰, I/5).

7. Idem (20887/98, 30 mm, 8,87 g, 950‰, I/6).

8. Idem (20887/96, 29 mm, 7,65 g, 950‰, I/7).

9. Idem (20887/101, 26 mm, 5,00 g, 950‰, I/8).

10. Idem (20887/103, 25 mm, 5,81 g, 950‰, I/9).

11. Idem (20887/104, 28 mm, 6,11 g, 950‰, I/10).

12. Idem (20900/85, 28 mm, 6,30 g, 950‰, I/14).

13. Anneau de boucle en or, de section triangulaire, les extrémités de la barre épaissies, croisées et volutées vers l'intérieur, ayant un double décor linéaire d'oů partent des hachures (20887/93, 28 mm, 9,18 g, 950‰, I/1).

14. Idem, double décor linéaire avec petits cercles et hachures (20887/95, 31 mm, 7,80 g, 950‰, I/3).

15. Idem, double décor linéaire à petits cercles (20887/94, 33 mm, 11,38 g, 950‰, I/2).

16. Idem, une extrémité manque, double décor de lignes pointillées (20900/90, 23 mm, 4,68 g, 950‰, I/15).

17. Anneau de boucle en or, avec barre de section rectangulaire dans la partie médiane et triangulaire aux extrémités qui sont légèrement croisées et volutées vers l'intérieur, décorées jusque dans la zone médiane d'une double bordure de hachures gravées (20900/86, 34 mm, 11,12 g, 950‰, I/13).

18. Idem, cassé en deux fragments, décoré d'une double rangée de franges en relief (20900/88, 33 mm, 8,93 g, 950‰, I/16).

19. Idem, cassé en deux fragments, le même décor que ci-dessus (20900/87, 32 mm, 8,95 g, 950‰, I/17).

20. Idem, fragmentaire, une moitié est conservée; le même décor que ci-dessus, mais plus soigné (20900/89, 33 mm, 5,70 g, 950‰, I/18).

21. Anneau de boucle en or, de section triangulaire, avec entailles sur les trois arêtes (20887/102, 15 mm, 5,90 g, 950‰, I/11).

22. Anneau de boucle en or de section pentagonale,,

avec les extrémités de la barre très croisées et légèrement recourbées (20887/100, 15 mm, 7,52 g, 950‰, I/12).

23. Perle bitronconique en or (20887/110, 7 mm h, 10 mm diam., 3,26 g, 850‰, I/19).

24. Idem (20887/109, 7 mm h, 11 mm diam., 4,19 g, 800‰, I/20).

25. Idem (20887/106, 13 mm h, 16 mm diam., 13,41 g, 750‰, I/21).

26. Idem (20887/105, 16 mm h, 22 mm diam., 36,32 g, 850‰, I/22).

27. Idem (20887/107, 10 mm h, 14 mm diam., 8,27 g, 750‰, I/23).

28. Idem (20887/111, 8,5 mm h, 12 mm diam., 5,93 g, 850‰, I/24).

29. Idem (20887/108, 7 mm h, 10 mm diam., 4,48 g, 750‰, I/25).

Du point de vue de la typologie et du titre, les anneaux de boucle de ce trésor ont un aspect unitaire. Pour faciliter l'étude, nous les avons divisés en quatre groupes, selon la forme et la décoration: I, nos 5-12; II, nos 13-16; III, nos. 17-20; IV, nos 21-22. Les pièces du groupe I ont des analogies dans le cimetière de Sărata Monteoruinfo; celles du groupe IV, surtout le n° 22, dans une pièce semblable de section rhomboïdale dans le cimetière de Balta Verdeinfo.

En ce qui regarde les perles bitronconiques, leur titre différent de celui des anneaux de boucle pourrait nous faire supposer qu'elles n'appartiennent pas à la même découverte; si nous considérons pourtant que ce dernier varie même d'une pièce à l'autre, quoique toutes les perles aient été utilisées dans le même collier, d'après le diamètre constant de la perforation transversale, le contre-argument avancé ne semble plus ferme. Dans une disposition idéale, les perles en or peuvent avoir alterné avec des perles d'ambre, ce fait étant certifié par leur nombre et la parfaite symétrie des six pièces, prises deux par deux, ainsi que par l'existence de la perle centrale.

Que ce lot d'ornements, anneaux de boucle et perles, constitue en effet un trésor, nous est prouvé dans une certaine mesure par l'aspect unitaire de la décoration, dans laquelle les influences du sud méditerranéen sont évidentes, ainsi que par la typologie des perles bitronconiques, ayant une longue carrière, ultérieure à l'âge du bronze, dans toute l'aire égéenne et méditerranéenneinfo. Tout le lot est ainsi daté de la fin de l'âge du bronze.

b. Bracelets

30. Bracelet en or en fil double de section circulaire, aplati par martelage dans la zone recourbée pour la faire ressembler à une tête de serpent stylisée. Ostrovul Mare (20889/75,68 mm diam. 2,9 mm diam. du fil d'or, 36,41 g, 900‰, III/3). Selon les renseignements obtenus, ce bracelet se rattache aux deux autres du trésor de Ostrovul Mare qui, publié par Dorin Popescu info, n'a plus été repris par nous.

31. Bracelet massif en or à corps cylindrique, s'amincissant légèrement vers les extrémités, terminées par un petit col obtenu par martelage (20886/71, 76 mm diam., 12 mm ouverture, 151, 10 g, 900‰, III/1). Reproduit d'après une information erronée par Marija Gimbutasinfo, comme provenant d'un trésor de Măcin. Ce type d'ornement se trouve à la fin de l'âge du bronze, depuis la Gaule jusqu'en Dacieinfo.

32. Idem (20886/72, 77,5 mm diam., 9 mm ouverture, 167,35 g, 900‰, III/2).

33. Bracelet massif en plate-bande d'or à trois nervures parallèlesinfo dont la médiane est très en relief (20890/70,70 mm diam., 17,7-15,2 mm largeur, 175,90 g, 850‰, III/4). Les deux extrémités sont coupées à l'époque moderne; l'ornement peut avoir eu une autre forme et destination; il est pourtant semblable comme largeur et décor à un fragment de bracelet en bronze du dépôt de Suseni.

34. Bracelet en feuille d'or, pressée et tordue en torsade, aux extrémités aplaties, coupé en trois fragments qui se complètent (20896/877, 332 mm, 123,04 g, 900‰, IV/1). Une pièce semblable aux extrémités légèrement élargies, datée du bronze tardif, a été trouvée dans le dépôt de Biskupce, Pologne du sud info; une boucle d'oreille similaire en ce qui concerne l'amincissement des extrémités de la torsade, découverte dans une nécropole de l'époque mycénienne, en Chypreinfo, confirme une fois de plus la datation de cette pièce pour la fin de l'âge du bronze. Le procédé de la feuille d'or pressée en quatre ou six plis se trouve depuis l'âge du bronze jusqu'à l'époque classique dans le monde ouest microasiatique comme une caractéristique de cette région pour la manière de travailler les laminés d'orinfo.

c. Autres ornements

35. Poignard en or à nervure médiane, ayant trois orifices de fixation de la lame dans la poignée (20904/68, 223 mm, 302,66 g, 600‰, II/3).

36. Idem à deux orifices de fixation (20904/69, 190 mm, 225,23 g, 600‰, II/4). La provenance de ce trésor est incertaine, car le dr Severeanu qui publie les pièces comme étant des pointes de lanceinfo, donne comme lieu de leur découverte Măcin, «localité située sur le Danube, au sud de la Dobroudja», ce qui ne correspond pas à la réalité. Grâce aux découvertes faites ces derniers temps, nous disposons de données plus précises sur la signification de ces pièces. Elles semblent avoir eu au début, comme la majorité des ornements de l'âge du bronze, mais d'une manière plus prononcée, le rôle de lingots prémonétaires d'échange, comme forme massive de circulation de l'or de ces riches régions vers le monde mycénieninfo. C'est dans cette lumière qu'apparaît le premier trésor de Perşinari, avec le sabre massif en orinfo; le second trésor de Perşinari vient confirmer l'existence d'un atelier local dans lequel 11 lingots-poignards ont été coulésinfo. Mais si des 11 exemplaires de Perşinari II, 10 venaient d'être sortis du moule et n'étaient pas encore débavurés - un seul à peine étant poli - les deux pièces que nous publions sont finement polies, le tranchant est aiguisé et les orifices de fixation perforés. D'où il résulte qu'en dernière instance, si de semblables objets ne pouvaient, de parleur nature, être d'usage courant, par leur forme et leur aspect soigné ils remplissaient aussi le rôle d'arme ornementale, en dehors de leur valeur, intrinsèque de lingots prémonétaires.

ÂGE DU FER

37. Collierinfo en plate-bande d'or torsionnée, aux extrémités élargies par martelage et décorées d'une double ligne pointillée et d'un renflement hémisphérique central, travaillé au repoussé; l'une des extrémités est cassée. Olténie (20885/76, 3,8 mm diam. de la torsion, 55,25 g, 900‰, IV/2). Peut être daté pour le milieu de l'époque hallstattienne en Dacie; des exemplaires de torsionnement similaire, sans aplatissement et martelage des extrémités, se retrouvent jusque vers le milieu de l'âge du bronzeinfo.

ÉPOQUE GRECQUE

a. Diadèmes

38. Diadèmeinfo en feuille d'or lisse, avec un anneau de fixation à chaque extrémité, en fil d'or soudé à la feuille (20869/80, 420 mm longueur, 46 mm largeur, 0,10-0,15 mm épaisseur, 24,11 g, 950‰, II/1).

39. Idem, brisé en deux fragments (20869/80, 410 mm longueur, 46 mm largeur, 0,10-0,15 mm épaisseur, 16,42 g, 980‰, 11/2). Analogie parfaite avec un diadème qui se trouve au British Museuminfo et qui provient d'un trésor découvert à Aegine, datant de l'époque mycénienne tardive (1200-1000 av.n.è.).

40. Fragmentinfo de diadème en feuille d'or, perforée sur les côtés longs, surface décorée de lignes travaillées au repoussé qui s'entrecoupent en losanges (20869/84, 118×36 mm, 0,05 mm épaisseur, 3,48 g, 980‰, IV/3).

41. Idem, l'une des extrémités de la feuille est découpée en franges (20869/81, 78×48 mm, 0,05 mm épaisseur, 3,16 g, 980‰, IV/4).

42. Idem (20869/82,73×43 mm, 0,05 mm épaisseur, 2,93 g, 980‰, IV/5).

43. Idem (20869/83, 75×50 mm, 0,05 mm épaisseur, 3,27 g,980‰,, IV/6). Tous ces fragments (nos 40-43) appartiennent probablement à un ou deux diadèmes similaires et sont analogues à une pièce provenant de Vulci, conservée au British Museuminfo et datant du VIIe siècle av.n.è.

b. Colliers

44. Collierinfo composé de 17 tubes en feuille d'or à striures transversales alternant avec 10 perles bitronconiques en feuille d'or, ayant comme pièce centrale un gland en feuille d'or décoré au repoussé (20897/156, 11,15 g, 980‰, V/1). Pour ses diverses pièces constitutives, nous citons les analogies suivantes: les perles bitronconiques peuvent descendre jusqu'au IVe siècle av.n.è. comme dans le cas du collier d'Amphipolisinfo, les tubes striés peuvent remonter jusqu'au VIIIe siècle av.n.è. en cette formeinfo, comme dans le collier trouvé à Ephestia, Lemnos. C'est toujours vers l'art géométrique des VIIIe-VIIe sièclesque nous conduit aussi le style très sévère du gland en feuille d'or, décoration qui à l'époque hellénistique prendra des formes luxuriantes par granulation et filigrane. Au cas où le gland appartiendrait au même ornement que les tubes et les perles - l'ensemble pourrait être daté des VIIe-Vle siècles dans l'aire égéenne.

45. Collier composé de 8 pendentifs en feuille d'or, travaillés au repoussé en forme de gland et décorés de granules soudés (l'un est détérioré), de 10 perles bitronconiques en feuille d'or, de 12 perles tubulaires, de 12 perles cannelées en carnéol rose-blanchâtre et de 9 pendentifs en feuille d'or trilobés en forme de pointe de lance attachés par des anneaux en or aux perles bitronconiques (20894/872, 210 mm, 15,99 g, 800‰,XI/2). Les pendentifs trilobés en forme de pointe de lance constituent une décoration commune aux IVe-IIIe siècles av.n.è., pour ne citer que l'exemple d'un collier de Kyme en Aeolisinfo; en ce qui concerne les perles en forme de gland, l'analogie la plus rapprochée est représentée par un collier de Tarentum, daté du IVe siècle av.n.è.info, auquel nous considérons qu'appartient aussi cette pièce.

c. Boucles d'oreilles

46. Boucle d'oreille en or faite de trois fils d'or tordus ensemble, soudés à un calice en feuille d'or (écrasé) qui devait recevoir le corps de la boucle d'oreille (20893/851, 22 mm, 1,35 g, 900‰, IX/13). IIIe siècle av.n.è.info

47. Fragment de boucle d'oreille en feuille d'or, décoré de fil d'or torsionné, de granules et de spirales en fil d'or; la partie antérieure manque (20893/852, 22 mm, 1,74 g, 600‰, IX/5). Analogie avec une pièce trouvée à Crana (Bulgarie)info. IIIe siècle av.n.è.

d. Autres ornements

48. Petite plaque en feuille d'or rectangulaire avec motif imprimé (palmette) et bordure en pseudo-perles travaillées au repoussé (20897/157, 27×18 mm, 0,47g, 980‰, V/4). Semblable aux lamelles estam­pées à palmette trouvées en Chypre et datées par leur style mycénien tardif du XIIe siècle av.n.è.info

49. Petite plaque rectangulaire en feuille d'or représentant un taureau cornupète vers la gauche, travaillé au repoussé; bor­dure pseudo-perlée, au repoussé, avec quelques perforations pour fixer la plaque sur le vêtement qu'elle décorait (20897/155, 47,5×37 mm, 4,48 g, 980‰, V/2). Art scythique IVe-IIIe siècle av.n.è.info

50. Petite plaque triangulaire en feuille d'or, à bordure pseudo-perlée travaillée au repoussé, dont le champ porte un décor d'hémisphères pratiquées au repoussé et disposées en triangle, ; sur. les bords quelques perforations pour fixer la plaque sur le vêtement (20897/158, 28 mm, 1,30 g, 980‰, V/3). Comme ci-dessus.

51-52. Une fermeture de sûreté de collier formée de deux pièces identiques, travaillées en feuille d'or au repoussé en forme de têtes de lion avec cornes, décorées de filigrane et dont le corps est fait de deux perles de cornaline. Tomis (20875/831, 32 mm, 2,62-2,65 g, 850‰, IX/3). IIIe siècle av.n.è.info; ces bijoux sont très répandus dans le monde hélléniqueinfo, ils se trouvent à Tomis dans des tombeaux datant même du Ier siècle de n.è. info

53. Feuille trilobée en feuille d'or, à pétiole et nervures travaillées par impres­sion. Tomis (20871/829, 85×64 mm, 7,17g, 980‰, XII/1).

54. Idem, sans pétiole Tomis (20871/829, 58×63 mm, 6,68 g, 980‰, XII/2). Les deux fragments ont appartenu au même diadème funéraire caractéristique pour les IIIe-IIe siècles av.n.è.; comme style, il se rapproche davantage - parmi la grande masse des ornements similaires de cette époque - d'une pièce découverte dans une nécropole des Dardanelles et conservée au British Museuminfo.

55. Bouton circulaire en feuille d'or, décoré par impression de lignes radiaires autour d'un cercle pseudo-granulé, ayant deux orifices de fixation situés sur le dia­mètre. Tomis (20877/161, 12 mm diam., 0,44 g, 980‰, XI/10). Des boutons pareil­lement décorés, fréquents même aux VIIe-VIe siècles av.n.è.info, restent en usage et connaissent un renouveau de mode à l'époque hellénistique, IIe-Ier siècle av.n.è, époque de laquelle date aussi cette pièce.

56. Médaillon en feuille d'or travaillé au repoussé, représentant le buste de Vénus de face, avec diadème et Amour sur l'épaule gauche; bordure en double fil d'or en torsade, disposé en branche de sapin, encadré entre deux cercles pseudo-perlés, le tout soudé à la barre. L'anneau de sus­pension est soudé à la bordure (20893/840, 31 mm diam., 7 mm épaisseur, 4,65 g, 950‰, XII/4).

57. Idem, la face légèrement détériorée (20893/841, 29 mm diam., 7 mm épaisseur, 4,26 g, 950‰, XII/3). Les médaillons de ce genre, plus ou moins artistiques selon l'époque à laquelle ils appartiennent, ont eu une longue existence dans l'orfèvrerie gréco-romaine; plus rapproché de nos pièces du point de vue de l'exécution et de la datation, il semble que ce soit un médaillon du Ier siècle av.n.è. - découvert en Égypteinfo. Nous situons les pièces présentes dans les Ier siècle av.n.è.-Ier siècle de n.è., car elles constituent par leurs dimensions, ainsi que par des détails techniques (la chute brusque du relief dans le champ du médaillon) un prototype des ornements similaires jusqu'aux VIe-VIIe siècles (le fameux cordon nuptial de Constantinopleinfo).

58. Verre de libationinfo cylindrique en feuille d'or (σχαλλίον) avec la représen­tation au repoussé des images d'Héraklès (de face), de Héra (de profil), d'Athéna (de profil), de Zeus avec l'aigle rétrocéphale (de face). Dobroudja (20865/820, 35,2 mm hauteur, 30,3 mm diam., 0,25 mm épaisseur de la feuille d'or, 8,91 g, 980‰, V/5). D'après les représentations et la technique il est datable des IIe -Ier siècles av.n.è.

ÉPOQUE ROMAINE ET ROMANO-BYZANTINE

a. Boucles d'oreilles

59. Une paire de boucles d'oreilles avec perle de feuille d'or à laquelle est soudée la barre de suspension par l'intermédiaire d'une petite plaque hémicirculaire, ayant deux granules à la base. (20898/1158, 33,4-35,3 mm diam., 6,19 g, 950‰, X/2). Ier siècle av.n.è.info; deux pièces similaires dans la collection de l'Académieinfo.

60. Pendentif de boucle d'oreille tra­vaillé en filigrane et écrasé (20893/844, 20 mm, 1,40 g, 900‰, IX/15), Ier siècle av.n.è-Ier siècle de n.è.

61. Boucle d'oreille circulaire en fil d'or recourbé aux extrémités, en boucle et crochet, un disque bombé, en or, est soudé à l'anneau (20893/849, 16 mm diam., 1,18 g, 800‰, IX/9). Ier-IIer siècleinfo.

62. Boucle d'oreille en fil d'or courbé en boucle, à laquelle est soudée la monture en feuille d'or pour une pierre; un penden­tif en fil d'or sans pierre est suspendu à la boucle (20898/1169, 35 mm, 1,60 g, 900‰, X/1) IIe siècleinfo.

63. Boucle d'oreille en or avec boucle en fil d'or et pendentif en disque de feuille d'or, sur la face duquel sont soudés deux cercles concentriques en fil d'or, celui du milieu soutenant une pierre en pâte de verre verte (faibles traces) (20898/1162,

23 mm, 1,69 g, 900‰, X/11). IIe siècleinfo.

64. Boucle d'oreille au corps en fil d'or recourbé aux extrémités en boucle et crochet; soudé au corps, un disque convexe en feuille d'or, décoré d'un cercle perlé au centre et d'un autre sur les bords (20893/847, 26 mm, 1,01 g, 950‰,

IX/16). IIe-IIIe siècleinfo.

65. Boucle d'oreille en fil d'or dont l'extrémité est recourbée en crochet (20893/848, 19,4 mm diam., 0,45 g, 750‰, IX/10). IIe-IIIe siècleinfo.

66. Boucle d'oreille en or au corps en fil d'or, avec monture soudée en feuille d'or de forme rhomboïdale et conservant les traces de pâte de verre verte; un pendentif en fil d'or dont la pierre manque est suspendu au corps (20898/1164, 24,8 mm, 1,27 g, 950‰, X/7). IIe-IIIe siècleinfo.

67. Boucle d'oreille au corps en fil d'or et pendentif en feuille travaillé au repoussé en forme de coquille marine (20898/1170, 16 mm, 1,76 g, 880‰,, X/12). IIe-IIIe siècleinfo.

68. Fragment de boucle d'oreille en or formée d'un disque chantourné avec motifs géométriques, ayant un support en croix soudé sur le revers; sur une plaque trapézoïdale soudée au disque sont fixés trois fragments de pendentifs (20898/1161, 19 mm diam, 2,48 g, 950‰, X/5). IIIe siècleinfo.

69. Boucle d'oreille en or formée d'une barre chantournée en hémicercles et palmettes stylisées à laquelle sont suspendus trois pendentifs filiformes ayant aux ex­trémités des pierres fixées par une goupille en or; une perle en verre bleu, une autre imitant l'agate bicolore (blanc et noir), une perle manque (20893/846, 35 mm, 2,42 g, 950‰, IX/17).

70. Boucle d'oreille en or au corps lunulaire décoré de granules d'or d'un côté; anneau de suspension à trois nervures soudé au corps (20874/839, 16 mm, 0,97 g, 850‰, IX/1info.

71. Boucle d'oreille en or au corps lunulaire, en quatre arêtes, aux extrémités recourbées en petits crochets; anneau de suspension en feuille d'or lisse (20893/853, 15,5 mm, 0,56 g, 900‰, IX/2). Analogies multiples dans l'espace carpato-balkani­queinfo, ainsi que dans le reste du monde romaininfo. IIIe siècle.

72. Boucle d'oreille en or au corps en fil d'or et pendentif filiforme ayant une perle naturelle au bout (20818/1163, 32,7 mm, 1,29 g, 850‰, X/14). IIe-IVe siècleinfo. Avec un pendentif raccourci et l'addition d'un cornet en feuille d'or, ce type se retrouve jusqu'au VIIe siècleinfo.

73. Fragment de boucle d'oreille en or, avec monture rectangulaire en feuille d'or pour la pierre, décorée sur les bords de granules, à laquelle est suspendu un pen­dentif filiforme qui contenait une pierre (20898/1171, 47,3 mm, 3,50 g, 780‰, X/6). Ve-VIe siècleinfo.

74. Une paire de boucles d'oreilles au corps en fil d'or recourbé aux extrémités en boucle et crochet, et pendentif fili­forme en feuille d'or à nervures travaillées par impression (20898/1159, 32 mm, 2,18 g, 900‰, X/15).

75. Idem, une seule pièce (20898/1168, 28,8 mm, 0,85 g, 900‰, X/9). Ve-VIe siècle.

76. Boucle d'oreille en or à disque chantourné et boucle de suspension soudée à un support cruciforme; suspendus à une plaque trapézoïdale soudée au disque, deux pendentifs filiformes (l'un manque) avec une perle d'almandine et une perle naturelle aux extrémités (20898/1166, 37,5 mm, 2,54 g, 900‰, X/10). VIe siècleinfo.

77. Boucle d'oreille en or à disque de rosette, ayant une almandine enchassée au centre; trois pendentifs filiformes sont suspendus à une barre trapézoïdale en feuille d'or, soudée au disque; aux extré­mités, les pendentifs latéraux sont ornés d'une perle naturelle, celui du centre d'un prisme en pâte de verre verte (20898/1160, 33,6 mm, 2,83 g, 900‰, X/4).

VIe siècleinfo.

78. Boucle d'oreille en or ayant une monture circulaire en feuille d'or pour pierre, avec bordure en pseudo-torsade et une plaque trapézoïdale en feuille d'or soudée à la monture à laquelle sont suspendus trois pendentifs filiformes dont les pierres manquent (20898/1165, 34 mm 2,07 g, 950‰, X/8). VIe siècle.

79. Boucle d'oreille en or à disque en feuille d'or travaillé au repoussé en forme de fleur à pétales, ayant une monture centrale dont la pierre manque et un pendentif suspendu à la boucle, avec deux almandines piriformes enchassées (20898/1167, 34 mm, 2,90 g, 900‰, X/13). VIe­-VIIe siècleinfo.

80. Boucle d'oreille en fil d'or épaissi dans la partie médiane marquée par un cercle pseudo-perlé soudé à la barre; les extrémités légèrement recourbées et brisées (20893/845, 20 mm diam., 2,20 g, 950‰ IX/6). VIIe siècleinfo; ce type remonte, jusqu'au IIIe-IVe siècle info; dans le musée de Constanţa il y a un exemplaire datant de cette période, découvert proba­blement dans la nécropole de Tomis.

81. Boucle d'oreille tubulaire, circulaire, en feuille d'or, décorée de deux fils perlés sur les deux côtés, raccord tubulaire en or (20907/78, 32 mm diam., 4,47 g, 950‰, XI/9). Quoiqu'encadrée dans le groupe important de pièces similaires, communes aux VIe-VIIe siècles, elle se distingue par sa sobriété et son élégance particulière, faisant une note à part dans le baroque des bijoux byzantins de cette époqueinfo.

82. Fragment de boucle d'oreille en or formée par une double plaque rectangulaire en feuille d'or à cinq doubles boutons hémisphériques travaillés au repoussé; autour de la plaque, dans la partie médiane, un fil d'or en forme d'anse de suspension est passé par perforation. Tomis (20987/876, 26,1 mm, 1,20 g, 950‰, XI/4). Il s'agit, probablement, d'une boucle d'oreille mon­tée ad hoc de pièces disparates.

83. Fragment de boucle d'oreille en or formée d'un disque en feuille d'or, perforé au centre; sur une face est soudé un cercle en fil d'or entre deux fils pseudo­-perlés (20893/850, 10,5 mm diam., 1,11 g, 800‰, IX/8).

b. Bagues

84. Bague massive en or à barre continue, aplatie en ovale, ayant gravé dans la région du chaton un Eros debout vers la gauche buvant dans une coupe. Tomis (20978/777, 20×19 mm, 5,54 g, 950‰, VI/26). Ce type a une longue carrière, depuis le IIIe siècle av. n. è. jusqu'à l'époque romaineinfo.

85. Fragment de bague en feuille d'or ayant enchâssé un carnéol gravé de forme ovale (13×12 mm) représentant une tête de jeune homme diadémée vers la gauche. Olténie (20950/789, 13×20 mm, VII/12). Ier siècle av. n. è. - Ier siècle de n.è.info

86. Bague en feuille d'or, dont la barre brisée est épaissie dans la région du chaton. Tomis (20948/810, 12×15 mm, 1,13 g, 900‰, VII/3). Ier siècle av. n. e. - IIe siècle de n.è.info

87. Bague en feuille d'or, à barre continue épaissie dans la région du chaton, ayant enchâssée une cornaline ovale (9×12 mm) représentant un aigle rétrocéphale vers la droite sur une base, entre deux étendards de légion. Tomis (20975/799, 21×25 mm, 4,51 g, 850‰, VI/15). Ier siècle av. n.è. - IIe siècle de n.è.info

88. Bague en or avec barre filiforme, légèrement aplatie dans la région du chaton, ayant une monture ovale pour la pierre. Tomis (20947/811, 12×14 mm, 0,92g, 900‰ VII/9). Ier siècle av. n. è. - IIe siècle de n.è.info.

89. Bague en argent à barre avec chaton doré dans lequel est enchâssé un carnéol ovale (11×6 mm) qui représente Eros de­bout, les jambes croisées. Tomis (20931/804, 20×19 mm,VII/19). Ier siècle av.n.è. - IIe siècle de n.è.info

90. Bague en feuille d'or avec barre continue épaissie dans la région du chaton où est enchâssé un carnéol ovale (11×14 mm), représentant un légionnaire romain agenouillé à gauche, avec lance, casque panaché et parazonium, devant un trophée. Tomis (20952/790, 25×28 mm, 7,86 g, 950‰, VI/4), Ier siècleinfo.

91. Bague massive en or à barre conti­nue, aplatie en ovale dans la région du chaton, ayant enchâssée une agate ovale (10×8 mm, couche bleue sur fond noir), représentant la Fortune avec le gouvernail et la corne d'abondance, debout vers la droite. Tomis (20966/787, 18×20 mm, 5,24 g, 850‰, VI/20). Comme ci-dessus.

92. Bague massive en or avec barre continue de section triangulaire et chaton ovale aplati ayant gravé ЄΡΜΗC. Tomis (20981/774, 17×20 mm, 3,60 g, 900‰, VI/25). Ier siècleinfo.

93. Bague massive en argent à barre continue, modelée en tranches de melon sur les côtés, le chaton porte une corna­line ovale enchâssée (15×11 mm), repré­sentant la Fortune debout vers la gauche, avec la corne d'abondance, le gouvernail et la branche, Castrum de Răcari (20916/855, 23×29 mm, 19,65 g, VIII/15). Ier siècle info.

94. Bague massive en bronze avec chaton ovale aplati, non gravé. Callatis (20711/1881, 21×27 mm, 19,05 g, XIII/1). Ier siècleinfo.

95. Fragment de bague en bronze à chaton ovale gravé représentant un person­nage masculin nu, vers la gauche. Bulgarie (20961/10937, 11×23 mm, 6,35 g, XIII/2). Comme ci-dessus.

96. Bague massive en or à barre étirée et chaton incorporé, avec carnéol ovale enchâssé représentant deux mains jointes tenant deux épis et un pavot. Drăgăşani (20946/165, 21,8×23,3 mm, 7,50 g, 950‰, XI/6). Ier - IIe siècleinfo.

97. Bague en or à barre filiforme soudée à un chaton ovale en feuille d'or dans lequel est enchâssée une almandine gravée représentant un cheval vers la gauche, la tête tournée. Olténie (20959/788, 24×22 mm, 2,60 g, 900‰, VI/14). Ier - IIe siècleinfo.

98. Bague en or formée de trois bagues simples à chatons avec pierres enchâssées, soudées, l'une près de l'autre, l'espace entre elles rempli par un décor en fil d'or pseudo-granulé. Almandine centrale, encadrée par deux camées en agate représentant chacun un génie ailé appuyé sur une torche renversée. Balş, Olténie (20953/796, 18×16 mm, 5,87 g, 900‰, VI/19). Ier - IIe siècleinfo.

99. Bague massive en or à barre con­tinue de section triangulaire, avec chaton ovale sur lequel est soudée une monture de pierre (tombée) contournée à sa base par un fil d'or tordu et soudé au chaton, encadré par un décor circulaire dans la même technique. Tomis (20968/778, 23×19 mm, 7,42 g, 720‰, VI/18). Ier - IIe siècleinfo.

100. Bague en bronze à barre en feuille, aplatie en ovale dans la région du chaton, ayant gravé dans une bordure linéaire Hercule vers la gauche, luttant avec le lion. Callatis (20908/813, 20×24 mm, 5,05 g, VIII/13). Ier - IIe siècleinfo.

101. Bague en bronze à barre filiforme et chaton incorporé, ovale, dans lequel est enchâssée une plaque ovale en fer avec un lion gravé, debout vers la gauche. Callatis (20932/814, 23×24 mm, 8,32 g, VIII/16). Ier - IIe siècleinfo.

102. Fragment de bague en bronze au chaton ovale incorporé et barre filiforme; sur le chaton sont gravés un aigle et un chien marchant vers la gauche (gnostique). Callatis (20934/866), 17×23 mm, 3,49 g, VIII/2). Ier - IIe siècleinfo.

103. Bague en fer à barre filiforme et chaton ovale soudé aux extrémités de la barre, avec cornaline ovale enchâssée, représentant une tête casquée vers la droite (peut-être Rome). Tomis (20921/ 874, 31×30 mm, 4,98 g, VIII/21). Ier-IIe siècleinfo.

104. Fragment de bague en fer avec carnéol ovale (10×13 mm) enchâssé, représentant la Fortune sur un trône vers la droite, avec la corne d'abondance et calathos, devant un personnage agenouillé (20909/869, 17×27 mm, 4,91 g, VIII/3). Ier - IIe siècleinfo.

105. Fragment de bague en fer avec jaspe jaune enchâssé (17×14 mm), repré­sentant la Fortune debout vers la droite avec le calathos, la corne d'abondance, l'épis et le gouvernail. Tomis (20924/868, 16×27 mm, 5,35 g, VIII/8). Comme ci-dessus.

106. Bague en feuille d'or à barre cylin­drique continue, épaissie dans la région du chaton où se trouve enchâssée une émeraude ovale non gravée. Tomis (20971/782, 27×30 mm, 7,84 g, VI/3). IIe siècleinfo.

107. Bague à barre en feuille d'or et chaton ovale, plat, ayant enchâssé dans une bordure décorée de vagues filigranées et fils de perles en pseudo-granulation, un jaspe rouge ovale (l1×13 mm) repré­sentant la Fortune avec épis, vers la droite entre les Dioscures. Achetée à Constan­tinople (20970/776, 23×25 mm, 14 g, 950‰, VI/8). IIe siècleinfo.

108. Bague en or avec barre en feuille d'or et chaton soudé à la barre, avec un camée en agate (9×6 mm) enchâssé, représentant une téte de Méduse de face. Tomis (20967/781, 21×16 mm, 2,39 g, 950‰, VI/22). IIe siècleinfo.

109. Bague massive en argent à barre modelée en coins sur les côtés, avec jaspe jaune (14×12 mm) enchâssé, représentant deux mains jointes au-dessus desquelles se trouve un vase avec des pavots et deux épis, encadré de deux cornes d'abondance. Tomis (20913/854, 22×32 mm, 19,32 g, VIII/24). IIe siècleinfo.

110. Bague massive en argent à chaton incorporé avec carnéol (10×14 mm), enchâssé qui représente un gland, épis, armure et trois gladia en position verticale, Castrum de Răcari (20925/857), 22×26 mm, 11,09 g, VIII/7). IIe siècleinfo.

111. Bague en bronze à barre continue et chaton tronconique fendu, avec deux pierres en pointe en pâte de verre verte. Tomis (20915/1178, 23×18 mm, 4,17 g, VIII/11). IIe siècleinfo. Une pièce semblable trouvée à Lukovite (Bulgarie)info.

112. Bague massive en bronze à barre modelée en coins sur les côtés et chaton ovale incorporé, ayant gravé le buste de Rome vers la gauche, avec casque panaché et lorica. Callatis (20911/818, 18×26 mm, 8,01 g, VIII/6). IIe siècleinfo.

113. Bague à barre en feuille d'or décorée à l'extérieur de trois fils d'or en torsade, soudés à la barre. Les extrémités de la barre tournées en deux volutes, aux origines marquées par une perle d'or, sont détachées (le chaton est perdu). Tomis (20977/1176, 16×17 mm, 1,34 g, 950‰, VII/13). IIe-IIIe siècleinfo.

114. Bague massive en barre d'or de section circulaire, à chaton punctiforme dans lequel est enchâssée une almandine à facettes. Tomis (20957/1172, 24×21 mm, 6,64 g, 900‰,VII/14). IIe - IIIe siècleinfo.

115. Bague à barre continue en feuille d'or, modelée en coins sur les côtés, au chaton soudé à la barre et décoré à la base d'un collier de perles en or figurant une grappe soudée sur les coins modelés de la barre; dans le chaton est enchâssé un carnéol gravé (12×14 mm) repré­sentant un Paniscos portant une grappe vers la gauche. Tomis (20940/791, 21×20 mm, 5,97 g, 850‰, VII/18). IIe - IIIe siècleinfo.

116. Bague massive en or à barre de section triangulaire, modelée en coins sur les côtés, avec chaton incorporé dans lequel est enchâssé un jaspe rouge (8×7 mm) représentant un gryllos vers la gauche (tête de jeune homme imberbe, coiffée de deux masques barbus). Tomis (20942/802, 18×20 mm, 7,33 g, 900‰, VII/l0). IIe - IIIe siècleinfo.

117. Bague massive en or à barre con­tinue épaissie dans la région du chaton dans lequel est enchâssé un camée en sar­doine, relief blanc sur fond rouge, de forme rectangulaire (5×8 mm), portant le texte VITA MEA entre des feuilles de lierre (le coin gauche est ébréché). Tomis (20963/779, 17×20 mm, 5,99 g, 900‰, VI/13). IIe - IIIe siècleinfo.

118. Bague en feuille d'or très élargie dans la région du chaton où un médaillon soudé à la barre représente dans une bor­dure perlée la Fortune serrant la main de l'Empereur, copie d'après un denier romain. Tomis (20939/807, 18×21 mm, 16,46 g, 950‰, VII/1). IIe - IIIe siècleinfo.

119. Idem. Tomis (20937/806, 20×20 mm, 11,54 g, 900‰, VII/15). Comme ci-dessus.

120. Bague massive à barre de section circulaire, avec chaton incorporé en feuille d'or décorée au repoussé d'arcs de cercle; sur la barre, autour du chaton, décor floral incisé; une almandine enchâssée dans le chaton. Drăgăşani (20982/785, 25×21 mm, 8,51 g, 850‰, VI/2). IIe­ - IIIe siècleinfo.

121. Bague massive en argent doré, à barre continue épaissie dans la région du chaton où est enchâssée une opale gravée (12×9 mm), représentant une tête de femme vers la gauche (personnage féminin de la famille de Trajan?). Olténie (20960/797, 21×23 mm, 7,75 g, VI/16). IIe - IIIe siècleinfo.

122. Bague en bronze massif, avec chaton incorporé, décoré de trois boutons du même métal disposés sur une base com­mune, en relief. Olténie (20910/819, 22×20 mm, 6,55 g, VIII/19). Imitation en bronze d'une bague en argent avec trois pierres datant du IIe ou IIIe siècleinfo.

123. Bague en bronze massif à barre modelée en coins sur les côtés, chaton ovale avec l'inscription ΛЄΟΝΤΙ (gnostique). Tomis (20926/817, 20×30 mm, 16,37 g, VIII/14). IIe-IIIe siècleinfo. Une pièce sem­blable découverte dans une nécropole de Plovdivinfo.

124. Bague en or avec médaillon soudé à la barre dans la zone du chaton, repré­sentant l'image de Rome casquée vers la gauche; la barre est décorée d'une feuille incisée de chaque côté du chaton. Silistra (20976/164, 22,9 mm, 13,63 g, 950‰, XI/7). IIIe siècleinfo.

125. Bague en or à barre filiforme et chaton ovale en feuille d'or ayant enchâssée une almandine gravée (17×10 mm) repré­sentant un Amour à cheval sur un dauphin vers la gauche, jouant de la flûte double. Tomis (20949/784, 23×22 mm, 5,08 g, 900‰, VI/9). IIIe siècleinfo.

126. Bague massive en or en barre con­tinue, épaissie dans la région du chaton et modelée en coins sur les côtés; les lettres ΛIC sont gravées sur le chaton. Tomis (20979/786, 21×23 mm, 12,02 g, 950‰, VI/24). IIIe siècleinfo.

127. Bague massive en or avec la barre décorée de motifs floraux incisés et chan­tournés; chaton ovale aplati ayant enchâssée une gemme en agate en deux couches, bleu superficiel sur fond noir (9×13 mm), représentant un hippocampe vers la gauche. Silistra (20965/775, 21×33 mm, 19,20 g, 950‰, VI/1). IIIe siècleinfo.

128. Bague massive en or avec barre continue, en section triangulaire, faisant corps avec le chaton dans lequel est enchâssé un camée en sardoine (10×12 mm), relief blanc sur fond translucide, représentant les bustes opposés d'un couple nuptial (?). Bulgarie (20962/793, 19×23 mm, 7,20 g, 850‰, VI/11). IIIe siècleinfo.

129. Bague massive en or avec barre continue épaissie dans la région du chaton et modelée en angles sur les côtés; dans le chaton est enchâssée une agate gravée (13×10 mm) représentant un génie funé­raire vers la gauche, appuyé sur une torche renversée. Romula (20983/798, 19×26 mm, 14,17 g, 900‰, VI/12). IIIe siècleinfo.

130. Bague massive en or à barre chan­tournée en sarment végétal et chaton in­corporé avec monture rectangulaire pour pierre (qui manque), Olténie (20969/795, 19×22 mm, 9,52 g, 950‰, VI/23). IIIe siècleinfo.

131. Bagueinfo massive en argent à barre modelée latéralement en coins et incrus­tations en volumen sur les côtés; chaton ovale en relief avec l'inscription DERΞO. Anadolchioi (20958/859, 25×32 mm, 19,12 g, VIII/20). IIIe siècleinfo. Des pièces semblables sans inscriptions ont été trouvées dans le trésor de Nicolaevo, Bulgarieinfo.

132. Idem Anadolchioi (20985/860, 25×33 mm, 17,98 g, VIII/23). Comme ci­dessus.

133. Bague en argent massif à barre mo­delée en coins sur les côtés et chaton ovale incorporé transversalement, ayant enchâssé un camée en carnéol (13×10 mm) représentant une tête de Méduse stylisée, de face. Tomis (20935/858, 27×27 mm, 12,48 g, VIII/22). IIIe siècleinfo.

134. Bague massive en argent à barre modelée en coins sur les côtés, avec cornaline (15×12 mm) montée en cabochon soudé à la barre, représentant la Fortune debout vers la droite, portant le calathos, la corne d'abondance, l'épis et le gou­vernail. Tomis (20918/856, 20×25 mm, 7,55 g, VIII/17). IIIe siècle info.

135. Bague massive en argent à barre modelée en coins sur les côtés et chaton incorporé formé d'un ovale en relief, non gravé. Castrum de Răcari (20922/862, 20×26 mm, 7,30 g, VIII/9). IIIe siècle info Analogue d'une pièce découverte en Bulgarieinfo.

136. Bague massive en argent, brisée, à chaton incorporé et les parties latérales de la barre modelées en volumen; les bords du chaton sont chantournés; monture ovale pour la pierre. Romula (20920/871, 19,31 g, VIII/5). IIIe siècleinfo. Exemplaire semblable aux nos 131 et 132 et à une pièce dans la collection de l'Académie info.

137. Bague en argent à barre en feuille d'or et chaton rectangulaire ayant une éme­raude non gravée montée en cabochon. Tomis (20927/1179, 22×20 mm, 3,10 g, VIII/12). IIIe siècleinfo.

138. Bague en bronze à barre filiforme et carnéol ovale fixé à une petite plaque soudée aux extrémités de la barre; la pierre (11×8 mm) représente un gryllos: tête féminine vers la droite coiffée d'un masque chauve. Tomis (20964/864, 28×26 mm, 3,05 g, VIII/4). IIIe siècleinfo.

139. Bague en or pour deux doigts en feuille d'or à striures transversales, ornée d'un chaton circulaire soudé à la barre et cadre de chaton soudé à la monture dans laquelle est fixé un camée en agate repré­sentant une tête de Méduse de face; l'autre chaton manque. Bulgarie (20974/780, 24×34 mm, 7,22 g, 950‰, VI/10). IIIe - IVe siècleinfo; un exemplaire semblable dans la collection de l'Académie info.

140. Bague massive en or à barre aplatie et chaton trilobé, ayant enchâssées trois pierres: une sardoine grise translucide entre deux émeraudes plus petites. Balş, Olténie (20956/794, 15×19 mm, 4 59 g 900‰, VI/21). IIIe - IVe siècle info.

141. Bague massive en or à barre en section circulaire, soudée au chaton avec une perle d'or de chaque côté de la barre; dans le chaton est enchâssée une calcé­doine (16×12 mm) représentant Sérapis avec la corne d'abondance et la patère vers la droite; dans le champ de droite et de gauche, quatre lettres indistinctes. Olténie (20984/773, 28×30 mm, 18,70 g, 950‰, VI/7). IIIe - VIe siècleinfo.

142. Bague en or à barre continue en feuille d'or aplatie dans la zone du chaton où est soudé un cabochon avec cornaline gravée (11×10 mm) qui représente Asklépios debout vers la droite; sur la barre, des deux côtés du chaton, décor en double volute. Olténie (20973/792, 23×20 mm, 6,02 g, 850‰,, VI/17). IIIe - IVe siècle.

143. Bague en or, à barre filiforme apla­tie dans la zone du chaton, ayant une bran­che stylisée gravée a cuneo. Tomis (20944/812, 13×15 mm, 0,90 g, 900‰, VII/4). IIIe-IVe siècleinfo.

144. Idem, sur le chaton la même tech­nique: dans une bordure pointillée, un rameau de palmier. Tomis (20955/809, 15×18 mm, 2,40 g, 900‰, VII/5). Comme ci-dessus.

145. Bague massive en argent à barre en section hexagonale, ayant un fil enroulé aux extrémités; chaton circulaire de fil en volute, fixé par un anneau soudé à la barre. Silistra (20930/861, 25×23 mm, 6,05 g, VIII/18). IIIe - IVe siècleinfo.

146. Bague en bronze clef. Tomis (20927/815, 24×22 mm, 16 mm hauteur, 10,13 g, VIII/25). IIIe - IVe siècleinfo.

147. Bague en or à barre en feuille d'or avec nervures transversales et chaton soudé à la barre, décoré d'une bordure de fil d'or pseudo-perlé et ayant enchâssée une goutte d'almandine ovoïdale. Tomis (20938/805, 20×18 mm, 2,42 g, 950‰, VII/6). IVe - Ve siècleinfo; pièce semblable décou­verte en Bulgarie info.

148. Bague en or à barre filiforme ayant soudée une plaque en feuille d'or porte-cabochon, le revers de la plaque avec la zone de tangence de la barre décorés par incrustation de quatre calices radiaires unis dans une origine commune. Calla­tis (20972/1174, 21×23 mm, 5,33 g, 800‰, VII/7). Ve-VIe siècle.

149. Bague massive en or à barre con­tinue en feuille d'or, décorée à l'extérieur d'une nervure médiane en perles soudées et deux chatons non gravés, soudés et encadrés par une bordure en perles d'or. Tomis (20943/803, 21×22 mm, 8,95 g, 900‰, VI/5). VIe - VIIe siècleinfo.

150. Bague en bronze à barre en feuille modelée en coins sur les côtés ayant incor­poré un chaton hexagonal sur lequel est gravé un animal stylisé vers la gauche, avec croissant dans le champ supérieur (gnostique). Callatis (20912/816 19×24 mm, 5,43 g, VIII/10). VIe - VIIe siècleinfo.

151. Bague en or à barre continue et chaton rectangulaire obtenu par aplatis­sement de' la barre; au-dessus est soudé un cartouche rectangulaire représentant par impression deux mains croisées. Tomis (20945/808, 16×19 mm, 3,89 g, 900‰, VII/8). VIIe - VIIIe siècleinfo.

152. Bague en or à barre en feuille d'or avec l'inscription ΙΗCΟK ΧΡΗCΤΟC gra­vée à l'extérieur. Tomis (20941/1177, 21 mm diam,. 3,56 g, 850‰, VII/2). IXe - Xe siècleinfo.

153. Bague en or à barre en section triangulaire formée de 10 fils d'or en torsade soudés ensemble; les extrémités de la barre sont soudées à un chaton circulaire décoré en étoile d'une bordure de groupes de quatre perles en or soudées, avec fil d'or superposé; dans le cabochon, la pierre manque. Tomis (20936/1175, 26×26 mm, 8,50 g, 900‰, VII/17). Xe siècleinfo.

154. Bague en or à barre en feuille d'or décorée sur la face extérieure d'un cordon tordu en deux, encadré par deux fils d'or, en torsade formant un décor en branches de sapin, le tout soudé à la barre. Le chaton circulaire soudé aux extrémités de la barre est décoré de filigrane, de 6 perles plus petites à chaque extrémité de la barre. Dans le cabochon est montée une pastille en cornaline perforée longitudinalement et fixée par 6 griffes (2 arrachées). Dobroudja (20954/1173, 30×24 mm, 12,58 g, 950‰, VII/16). Xe - XIe siècle, selon la ressem­blance avec les ornements découverts à Dinogetiainfo.

155. Fragment de bague en bronze avec chaton incorporé, ovale, ayant l'inscription suivante gravée dans une bordure pointillée:

+ ΚΕ ΒΟ

ΗΘΕ ΤΟΚ = + χ(ύρι)ε βοήθε(ι) πώ Κοδράν

Ο∆ΡΑΝΤΟ τώ σ(ου).

Tomis (20919/870, 24×23 mm, 6,08 g, VIII/1). XIe siècleinfo.

c. Colliers

156. Raccord de collier en fil d'or: le crochet est décoré d'un fil enroulé sur la barre, tandis que le crochet de fixation est à double motif de sarments soudé à la barre. Tomis (20872/833, 42×5 mm, 1,17 g, 950‰, IX/11). Ier - IIe siècleinfo.

157. Idem, mais seulement le crochet de fixation (20878/834, 48×7 mm, 1,89 g, 950‰, IX/12). Comme ci-dessus.

158. Chaîne en or avec anneaux en 8 en fil d'or aplati, alternant avec des anneaux en fil d'or, décorés alternativement de perles naturelles (7 pièces) et de perles en pâte de verre à facettes (10 pièces), vertes et bleues; raccord double en boucle apla­tie et crochet en fil d'or. Tomis (20873/828,257 mm, 3,32 g, 900‰, IX/22). IIe - IIIe siècleinfo.

159. Collier info en chaîne d'or à double chaînon en fil d'or double, avec huit cor­nalines rectangulaires aux côtés longs biseautés en double sens; dans la position centrale un médaillon circulaire en feuille d'or représentant par impression un buste féminin de face; dans le champ, de cha­que côté de la tête, deux cercles perlés soudés à la feuille d'or. Bordure soudée à la feuille, formée d'un fil d'or central enca­dré de deux fils pseudo-granulés. Calla­tis, nécropole romaine (20905/728,400 mm longueur, 19 mm diam. du médaillon, 25,56 g, 900‰, VII/11). IIIe siècle, d'après les cornalines à facettes, la pseudo‑granulation et le style du médaillon.

160. Collier soutenant en médaillon un camée en pâte de verre, relief blanc sur fond brun, représentant Hercule vers la droite en lutte avec le Cerbère; il est monté dans un cadre en or travaillé en pseudo­torsade. Le médaillon est attaché au moyen d'un triple cercle en fil d'or à une fine chaîne dans laquelle sont insérées alternativement de petites perles en agate noire cylindriques ou à facettes. Drobeta (20884/827, médaillon: 41×29 mm, 5 mm épaisseur, 12,60 g, 950‰, XII/8). IIIe siècleinfo.

161. Fragment de chaîne en or à chaînons en fil d'or en boucles enroulées sur la barre, ayant quatre perles en pâte de verre à facettes, noires ou bleues. Tomis (20883/838, 83 mm, 1,86 g, 900‰, IX/20). IVe-Ve siècleinfo.

162. Fragment de chaîne en or à chaînon double formé de deux fils d'or, Tomis (20880/836, 150 mm, 3,06 g, 950‰,IX/18). Ve-VIe siècleinfo.

163. Fragment de chaîne en or avec chaînons faits de deux anneaux laissés libres et travaillés en fil d'or en pseudo‑torsade. Tomis (20882/832, 130 mm, 1,17 g, 900‰, IX/21).VIe siècleinfo.

164. Fragment de collier (une seule pièce) avec pâte de verre de couleur brique montée en cabochon simple en or. Tomis (20877/163, 20 mm, 3,12 g, 950‰, XI/3). Début du VIIe siècleinfo.

165. Chaîne en or formée de chaînons en fil d'or recourbé en boucles aux extré­mités, le fil enroulé sur la barre; il y avait peut-être des perles en céramique qui ont été perdues; raccord en fil recourbé. Tomis (20881/837, 170 mm, 0,83 g, 950‰,IX/19). VIIe siècleinfo, peut-être plus ancien.

166. Chaîne à chaînons en feuille d'or à nervure médiane, alternant avec anneaux en pâte de verre bleu marine foncé. Raccord en fil d'or décoré de sarments en fil d'or pseudo-perlé. Tomis (20879/835, 350 mm, 10,55 g, 950‰, IX/23). VIIe siècleinfo peut-être plus ancieninfo.

d. Autres ornements

167. Plaquette en feuille d'or - fragment de diadème? - une inscription inintelligible ΓΙ ΚC?/ΓΙΗΛΚΧ ?/ΝЄΒЄΝ ....KΘ gravée a cuneo. (20706/1686, 24,3×26,8 mm, 0,66 g, 750‰, X/3). Ier - IIe siècle?info.

168. Camée-sardoine en deux couches, relief blanc sur fond blanc translucide représentant une tête de bélier vers la droite. Cadre mince en or soudé sur une base en or inférieur - monture qui pour­rait être moderne. (20986/830, 24×20 mm, 6 mm épaisseur, IX/4). IIe - IIIe siècleinfo.

169. Bracelet romain en anthracite com­posé de deux demi-cercles, les arêtes exté­rieures taillées de façon que le bord pré­sente une succession de losanges. Les extrémités des demicercles sont recou­vertes de feuilles d'or et sont fixées d'un côté par une charnière à clou et de l'autre par une charnière fixe en feuille d'or re­courbée et soudée. (20868/821, 77 mm diam., 14 mm épaisseur, 6 g or, 950‰, XII/5). IIIe - IVe siècleinfo.

170. Croix en or massif, les bras soudés au centre où se trouve un cercle pseudo-perlé émoussé; l'anneau de suspension est cassé (20893/843, 29×21 mm, 3,86 g, 900‰, IX/7). Ve-VIe siècleinfo.

171. Cadre en or pour médaillon travaillé en pseudo-torsade, ayant un anneau de suspension à trois nervures. (20893/842, 28×22 mm, 2,12 g, 950‰, IX/14). VIe siècleinfo.

172. Disque en feuille d'or travaillé en cloisonné avec de l'émailinfo, représentant trois saints de face: Lauros, Alexandros et Floros - Α ΛΑVΡΟC, Α ΑΛΕΞΑΝ∆ΡΟC, Α ΦΛΟΡΟC -l'émail est partiellement détaché; les couleurs sont: blanc, bleu et noir. Kalipetrovo, Bulgarie (20866/1157, 42 mm diam.,5,30 g, 800‰, XI/11). XIe siècleinfo.

173. Monture triangulaire pour pierre, en feuille d'or. Tomis (20877/162, 18 mm, 0,50 g, 950‰, XI/8).

ÉPOQUE DES MIGRATIONS ET DÉBUT DU MOYEN ÂGE

174-175. Une paire de boucles d'oreilles en or, boucle faite de trois fils d'or en torsade, pourvue à une extrémité d'une perle à facettes en rhombes et triangles, avec ossature d'or remplie de pâte rouge, jaune et verte (20903/822,34×24 mm, 9,55 g, 950‰, XII/6; 34×24 mm, 9,57 g, 950‰, XII/7). Fin du IVe siècle - Ve siècleinfo.

176-177. Une paire de boucles d'oreilles d'or à facettes portant trois montures rhomboïdales pour pierres (20892/823, 30×25 mm, 6,39 g, 950‰, XII/12; 27×24 mm, 6,62 g, XII/11). IVe-Ve siècleinfo. Ce type se perpétue jusqu'à l'époque mérovingienne, dans l'ouest de l'Europe.

178. Boucle de ceinture en or massif à plaquette rectangulaire décorée en cloisonné de 7 rectangles avec émail rouge (20899/800, 42×26 mm, 12 mm épais­seur, 10,64 g, 850‰, XII/9). Ve siècleinfo. Des pièces semblables en bronze se trou­vent à partir de la fin du IVe siècle en Valachieinfo.

179. Boucle de ceinture en or massif à plaquette triangulaire mais sans griffes (20899/801, 32×21 mm, 8 mm épaisseur, 6,12 g, 750‰, XII/10). Ve siècleinfo; analogies en Valachie dans les nécropoles de type Sântana-Tcherniakovinfo.

180. Pendentif ? en or trilobé aux lobes terminés par une seule perle; décoration de pseudo-granulations (20892/825,23×19 mm, 3 mm épaisseur, 4,65 g, 900‰, XII/13).

181. Idem, mais le lobe droit brisé (20892/826, 24×22 mm,2 mm épais­seur, 4,50 g, 900‰, XII/14).

182. Idem, lobes terminés par quatre perles en or (20892/824, 26×22 mm, 3 mm épaisseur, 4,89 g, 950‰, XII/5). Ces pièces (nos 180-182) peuvent avoir été des appliques de vêtements ou de harnachement; leur état fragmentaire ne nous permet pas de distinguer davantage VIe siècle ou Xe-XIe siècleinfo.

183. Boucle d'oreille en bronze, à bou­cle filiforme et pendentif perforé passé sur la boucle. Dobroudja (19700/1650, 50×23 mm, 2,85 g, XII/3). Similaire à une boucle d'oreille en bronze trouvée dans une tombe près de Troian, Bulgarieinfo.

184. Fragment de boucle d'oreille en bronze coulé. Dobroudja (19709/1673, 45×25 mm, 3,78 g, XII/5). Cette dernière ainsi que la pièce ci-dessus appartiennent à un type fréquemment rencontré parmi les ornements communs slaves qui imi­tent par coulage le filigrane et le perlage byzantin. Xe-XIIe siècleinfo.

185. Pendentif en bronze, terminé au bout par une perle de bronze et dans la partie supérieure par une oreille de suspension; le champ décoré d'émail rouge et bleu. Dobroudja (19697/1645, 45×19 mm, 6,45 g, XII/4). Ce type de pendentif a des analogies dans le dépôt de Klostar, Yougoslavieinfo.

186. Chaîne en bronze avec anneaux en fil en trois spirales superposées. Dobroudja (19712/1644, 620 mm, 4 mm épaisseur, 12,85 g, XIII/6). Xe - XIIe siècle. Les pièces nos 183-186 semblent faire partie d'un trésor.

187. Bague en or à barre cylindrique en feuille d'or décorée au centre de deux palmes disposées en sens contraire, et aux extrémités de deux têtes de Méduse travaillées au repoussé. La barre est soudée à un chaton en forme de calotte sphérique avec six montures disposées en rayons et une monture centrale dont les pierres man­quent. Bulgarie (20980/783, 19×21 mm, 4,71 g, 950‰, VI/6), XIe - XIIe siècle.

*

L'étude des ornements en tant que monuments de l'art et de la technique de la miniature a pris ces derniers temps un essor remarquable, déterminé en grande partie par l'organisation de plusieurs expo­sitions mondiales de bijoux antiquesinfo; à cette occasion on a repris - en s'aidant des dernières données de la technique moderne - les recherches relatives à l'ouvrage des métaux, et on a analysé en détail les procédés de granulation, de laminage surfin, d'estampage, de gravure et d'émaillage, depuis les temps les plus reculés jusqu'à la fin de l'époque byzantine. L'art des ornements antiques par époques his­toriques limitées forme l'objet d'études approfondiesinfo, non seulement sous le rapport typologique, mais aussi sous celui de la technologieinfo de l'ouvrage et de l'exécution, cette dernière étant soumise aux exigences du goût et de la modeinfo, aux préférences spéciales de ceux qui commandaient l'exécution des ornements respectifs. Dans le cas des bijoux, comme dans le cas d'autres produits de luxe, on peut parler de centres avec une tradition séculaire, dont les marchandises parve­naient jusque dans les coins les plus reculés de l'aire d'irradiation gréco-romano-byzantine; pourtant, nous connaissons aussi les produits de certains artisans locaux, surtout pour les catégories communes de bijoux, telles les boucles d'oreilles et les bagues. On peut affirmer ainsi que les boucles d'oreilles nos 61, 64, 65, 72, 74, 75, dont l'exécution est sommaire et la technique facile, ont été confectionnées dans des ateliers locaux, ce fait étant con­firmé par leur présence fréquente dans les nécropoles de Tomis et de Callatis.

De même les bagues, ayant enchâssées des pierres gravées, qui d'après le style de l'exécution ont été identifiées comme provenant des ateliers de Romula ou de Sucidava, peuvent être considérées comme les produits des artisans locaux, surtout les pièces en argent et en bronze (nos 103, 104, 105, 138), car pour les ornements en or, les gemmes et les camées des ateliers de Romula étaient envoyés au sud du Danu­be, ou dans le centre de l'Europe, à Aquilea, centre important de maîtres graveurs et de bijoutiers. En général, dans le monde romain, ces ateliers ayant une réputation et une clientèle constante pendant des siècles se trouvent presque toujours dans les villes où étaient établis aussi les ateliers monétaires, avec leurs graveurs et leurs métallurgistes, de sorte que l'art d'ouvrager les métaux pour exécuter des bijoux ne peut être séparé de celui de la technologie et de l'exécution de l'iconographie moné­taire (pour l'estampage de monnaies sur les ornements, voir le catalogue, nos 118, 119, ainsi que la collection de l'Académieinfo n° 55). C'est aussi aux ateliers locaux que l'on peut attribuer, vu leur exécution facile, les bagues en bronze à chaton formé par l'aplatissement de la barre et gravées de manière rudimentaire (nos 95, 101, 102, 112), ainsi que la majorité des bagues en métal commun et d'autres parures d'exé­cution facile, comme c'est le cas pour les chaînes simples en fil d'or étiré (n° 165). Certains ornements ont été confection­nés ad hoc avec les parties disparates des pièces démontées (n° 82). Le sens esthétique est pourtant évident dans le goût pour la polychromie subtile, qui demande au bijoutier de connaître la technique du taillage et du polissage des pierres, du cou­lage de la pâte de verre; les colliers nos 158, 161, 166 en sont un bon exemple. Dans les ornements, les motifs passent d'une catégorie à une autre; il est très intéres­sant de constater que les procédés d'ou­vrage respectifs se propagent aussi en même temps que ceux-ci: le disque de la boucle d'oreille n° 76, datant du VIe siècle, est exécuté selon le prototype des médaillons en or du début du Ve siècleinfo, c'est-à­-dire par estampage; dans le cas de notre pièce, un cercle en fil d'or étiré a été soudé à l'intérieur après estampage.

Le bracelet romain en anthracite (n° 169) est un autre exemple de propagation des formes des diverses catégories d'ornements à de nouveaux matériaux d'exécution, le motif spécial du taillage des arêtes ayant été trouvé sur une bague en or du IVe siècle, découverte dans un trésor à Parme. Le bracelet en anthracite est une pièce rare et d'un grand effet décoratif: le noir poli contraste agréablement avec l'or mat, réduit aux seules zones de fixation, tandis que l'inédit du matériel rehausse l'intérêt qu'il présente: nous tenons à ajouter que nous avons encore rencontré, en provenance de l'espace carpato-balkanique, une pierre gravée, actuellement dans la collection de l'Académieinfo, travaillée dans le même matériel et datant aussi du IIIe ou IVe siècle.

L'art d'ouvrager l'or à l'époque byzan­tineinfo atteint un raffinement particulier, car il allie l'expérience des orfèvreries hellénique et romaine à une technique par excellence byzantine, celle de l'émail. Nous relevons dans la collection que nous publi­ons, l'exécution et le style de la boucle d'oreille n° 81, remarquable par la sévé­rité de la forme et la finesse du perlage, ainsi que le médaillon émaillé (n° 172) dont la pâte est malheureusement détachée en plusieurs endroits.

*

Comprenant diverses catégories de bi­joux en or, en argent et en métaux com­muns, la collection Marie et Dr. Severeanu du Musée d'histoire de la ville de Bucarest est une illustration de l'évolution de cet art sur une période de deux mille cinq cents ans, ainsi que de la circulation des pièces respectives à l'intérieur d'une aire géographique restreinte, constituant par les valeurs d'art et par leur importance histo­rique, l'un des plus importants trésors d'ornements antiques du patrimoine des musées roumains.

cop-studia-1

rasfoieste-250x500

galeriei-250x500-2

cronici-250x500