Les pierres gravées

LE GRAND CAMÉE DE FRANCE

Bibliothèque Nationale de France info

saint-chapelle L-thN. réd. Camée en sardonyx à cinq couches; hauteur max. 31; largeur max. 26,5 cm; le second quart du Ier siècle ap. J.C.; acquis par Saint Louis entre 1239 et 1242 à Constantinople. Cité dans le premier inventaire du trésor de la Sainte-Chapelle avant 1279. Déposé sur ordre de Louis XVI au Cabinet des Médailles le 1er mai 1791. Il est le plus grand camée que l’Antiquité nous ait légué, est gravé de vingt-quatre figures, réparties en trois registres. La signification générale est d’affirmer la continuité et la légitimité dynastique des Julio-Claudiens dans l’Empire Romain. Trônant au centre, on reconnaît Tibère, sous l'aspect de Jupiter, et sa mère Livie, veuve d'Auguste, tenant à la main droite un bouquet d'épis à la manière de Cérès. A leurs côtés se trouve la famille de Germanicus, mort en 19 ap. J.C.: le fils aîné, Néron Drusus (que Tibère désigna comme son héritier), salue le souverain; derrière le trône, son cadet, Drusus, lève les yeux au ciel, vers son père Germanicus, monté sur un cheval ailé conduit par un petit Amour et qu'accueillent Auguste (ou Jules César), la tête voilée et ceinte d'un diadème rayonnant, ainsi qu'un personnage en costume oriental, qui pourrait être le Troyen Énée, l' origine mythique de la dynastie. On propose aussi de voir à gauche d'Auguste, Drusus le Jeune tenant des deux mains le bouclier d'argent qui lui avait été offert par décret au sénat. Au pied du trône et dans le registre inférieur, d'autres personnages figurent la domination romaine: captifs barbares, Parthes à bonnet phrygien et Germains à longs cheveux.

cop-pierres

rasfoieste-250x500

galeriei-250x500-2